• votre commentaire
  •  COMPOSITION DES VACCINS

    http://www.infovaccin.fr/composants.html

     COMPOSITION DES VACCINS

     


    votre commentaire
  • THIMEROSAL (MERCURE) DANS LES VACCINS

    THIMEROSAL VACCIN

    Voici une liste de vaccins contenant du thiomersal ou thimérosal (noms commercials des dérivés mercuriels):

    • Vaccin Engerix B®
    • Vaccin grippal Ronchese VGR®
    • Vaccin tétanique Pasteur®
    • ImmuGrip®
    • Tétagrip 05®
    • Tétavax®
    • DT bis®
    • DT Coq®
    • DT Vax®
    • Vaxicoq®
    • Vaxigrip®
    • Fluvirine®
    • Mutagrip®
    • HB Vax DNA®
    Posté par FIBRO METAUX

    votre commentaire
  • MERCURE DENTAIRE: ARTICLES SCIENTIFIQUES MONDIAUX INDEPENDANTS DE TOUT LOBBING

    rapp

    MERCURE DENTAIRE: ARTICLES SCIENTIFIQUES MONDIAUX (INDEPENDANTS DE TOUT LOBBING)

    Les amalgames participent à la pollution environnementale au mercure :
     UNEP (United Nations Environment Programm Chemicals): Global Mercury Assessment 2002. [http://www.chem.unep.ch/mercury/Report/GMA-report-TOC.htm]
        Hylander L, Goodsite M: Environmental costs of the mercury pollution. Sci Total Environ 2006, 368:352-370.
        Hylander L, Lindvall A, Gahnberg L: High mercury emissions from dental clinics despite amalgam separators. Sci Total     Environ 2006, 362:74-84. 


    LES AMALGAMES AFFECTENT EN PREMIER LIEU LA PROFESSION DENTAIRE :
    Harakeh S, Sabra N, Kassak K, Doughan B, Sukhn C: Mercury and arsenic levels among Lebanese dentists: a call for action. Bull Environ Contam Toxicol 2003 , 70:629-635.
        Tezel H, Ertas OS, Ozata F, Erakin C, Kayali A: Blood mercury levels of dental students and dentists at a dental school. Br Dent J 2001 , 191:449-452.
        Aydin N, Karaoglanoglu S, Yigit A, Keles MS, Kirpinar I, Seven N: Neuropsychological effects of low mercury exposure in dental staff in Erzurum, Turkey. Int Dent J 2003, 53:85-91.
        Moen BE, Hollund BE, Riise T: Neurological symptoms among dental assistants: a cross-sectional study. J Occup Med Toxicol 2008, 18:3-10.
        Jones L, Bunnell J, Stillman J: A 30-year follow-up of residual effects on New Zealand School Dental Nurses, from occupational mercury exposure. Hum Exp Toxicol 2007, 26:367-374. 



    LE MERCURE LIBERE PAR LES AMALGAMES S'ACCUMULE DANS L'ORGANISME DES PATIENTS :
    Guzzi G, Grandi M, Cattaneo C, Calza S, Minoia C, Ronchi A, Gatti A, Severi G: Dental amalgam and mercury levels in autopsy tissues: food for thought. Am J Forensic Med Pathol 2006, 27:42-45.
        Pizzichini M, Fonzi M, Giannerini M, Mencarelli M, Gasparoni A, Rocchi G, Kaitsas V, Fonzi L: Influence of amalgam fillings on Hg levels and total antioxidant activity in plasma of healthy donors. Sci Total Environ 2003, 301:43-50.
        Zimmer H, Ludwig H, Bader M: Determination of mercury in blood, urine and saliva for the biological monitoring of an exposure from amalgam fillings in a group with self-reported adverse health effects. Int J Hyg Environ Health 2002, 205:205-211
        Björkman L, Lundekvam BF, Laegreid T: Mercury in human brain, blood, muscle and toenails in relation to exposure: an autopsy study. Environ Health 2007, 11:6:30.



    LES AMALGAMES DE LA MERE CONSTITUENT LA PRINCIPALE SOURCE DE MERCURE DANS LES TISSUS INFANTILES ET DANS LE LAIT MATERNEL :
    G Drasch et al. Mercury burden of human fetal and infant tissues. Eur J Pediatr. 1994
        Ask K, Akesson A, Berglund M, Vahter M: Inorganic mercury and methylmercury in placentas of Swedish women. Environ Health Perspect 2002, 110:523-526.
        Drasch et al. Mercury in human colostrum and early breast milk. Its dependence on dental amalgam and other factors. J Trace Elem Med Biol. 1998
        L Palkovicova et al. Maternal amalgam dental fillings as the source of mercury exposure in developing fetus and newborn. J Expo Sci Environ Epidemiol. 2007.
        Takahashi Y, Tsuruta S, Arimoto M, Tanaka H, Yoshida M: Placental transfer of mercury in pregnant rats which received dental amalgam restorations. Toxicology 2003, 185:23-33.
        Vahter M, Akesson A, Lind B, Bjors U, Schutz A, Berglund F: Longitudinal study of methylmercury and inorganic mercury in blood and urin of pregnant and lactating women, as well as in umbilical cord blood. Environ Res 2000, 84:186-194.
        Sergio L. Da Costa et al, Breast-milk mercury concentrations and amalgam surface in mothers from Brasília, Brazil, Biological Trace Element Research, août 2005, volume°106, n° 2, p. 145-151.
        Yoshida M, Watanabe C, Satoh M, Yasutake A, Sawada M, Ohtsuka Y, Akama Y, Tohyama C: Susceptibility of Metallothionein-Null Mice to the Behavioural Alterations Caused by Exposure to Mercury Vapour at Human-Relevant Concentration. Toxicol Sci 2004, 80:69-73.
        Luglie PF, Campus G, Chessa G, Spano G, Capobianco G, Fadda GM, Dessole S: Effect of amalgam fillings on the mercury concentration in human amniotic fluid. Arch Gynecol Obstet 2005, 271:138-142.



    TROUBLES NEUROLOGIQUES (DONT L'AUTISME) DUS A UNE EXPOSITION PRECOCE AU MERCURE:
    Jedrychowski W, Jankowski J, Flak E, Skarupa A, Mroz E, Sochacka-Tatara E, Lisowska-Miszczyk I, Szpanowska-Wohn A, Rauh V, Skolicki Z, Kaim I, Perera F: Effects of prenatal exposure to mercury on cognitive and psychomotor function in one-year-old infants: epidemiologic cohort study in Poland. Ann Epidemiol 2006, 16:439-447.
        Lederman SA et al. Relation between cord blood mercury levels and early child development in a World Trade Center cohort. Environ Health Perspect. 2008 Aug;116(8):1085-91.
        Holmes A S. et al. Reduced levels of mercury in first baby haircuts of autistic children. International Journal of Toxicology, 2003, volume 22, p. 277-85.
        Adams J B. et al. Mercury, lead, and zinc in baby teeth of children with autism versus controls. Journal of Toxicology and Environmental Health, 2007, volume 70, n° 12, p. 1046-1051.
        DeSoto M C, Hitlan R. Blood levels of mercury are related to diagnosis of autism: a reanalysis of an important data set. The Journal of Child Neurology, 2007, volume 22, p. 1308-1311
        Geier D A et al. The biological basis of autism spectrum disorders: Understanding causation and treatment by clinical geneticists. Acta Neurobiologiae Experimentalis, 2010, volume 70, n° 2, p.209-26.
        Mutter J et al. Mercury and autism: Accelerating Evidence ?. Neuroendocrinology Letters, octobre 2005, Volume 26, n°5, p. 439-446.
        Bradstreet J, Geier D, Kartzinel J, Adams J, Geier M: A case-control study of mercury burden in children with autistic spectrum disorders. J Am Phys Surg 2003, 8:76-79.
        Adams JB, Baral M, Geis E, Mitchell J, Ingram J, Hensley A, Zappia I, Newmark S, Gehn E, Rubin RA, Mitchell K, Bradstreet J, El-Dahr J: Safety and efficacy of oral DMSA therapy for children with autism spectrum disorders: part B - behavioral results. BMC Clin Pharmacol 2009, 9:17. PubMed Abstract | BioMed Central Full Text | PubMed Central Full Text
        Geier DA, Kern JK, Geier MR: A prospective study of prenatal mercury exposure from maternal dental amalgams and autism severity. Acta Neurobiol Exp 2009, 69:189-197.



    MERCURE ET MALADIE D'ALZHEIMER:
    Grosman M et Picot A. Facteurs environnementaux impliqués dans la maladie d'Alzheimer. Le mercure dentaire, probable déterminant majeur. Médecine & Longévité, 2009, n°1, p. 12-21
        Mutter J et al. Alzheimer disease: mercury as pathogenetic factor and apolipoprotein E as a moderator. NeuroEndocrinology Letters, 2004, volume 25, n°5, p. 331-339.
        Leong C W et al. Retrograde degeneration of neurite membrane structural integrity of nerve growth cones following in vitro exposure to mercury. Neurologic Report, 2001, volume 12, p. 733-737.
        Olivieri G et al. Mercury induces cell cytotoxicity and oxidative stress and increases beta-amyloid secretion and tau phosphorylation in SHSY5Y neuroblastoma cells. Journal of Neurochemistry, 2000, volume 71, p. 231-236.
        Mutter J, Naumann J, Guethlin C: Comments on the article "the toxicology of mercury and its chemical compounds" by Clarkson and Magos (2006). Crit Rev Toxicol 2007 , 37:537-549.
        Björkman et al. Mercury in human brain, blood, muscle and toenails in relation to exposure: an autopsy study. Environmental Health, 2007, volume 6, p. 30.
        Hock C et al. Increased blood mercury levels in patients with Alzheimer’s disease. Journal of Neural Transmission, 1998, volume 105, n°1, p. 59-68.



    MERCURE ET MALADIE DE PARKINSON :
    Dantzig PI: Parkinson's disease, macular degeneration and cutaneous signs of mercury toxicity. J Occup Environ Med 2006 , 48:656.
        Miller K, Ochudto S, Opala G, Smolicha W, Siuda J: Parkinsonism in chronic occupational metallic mercury intoxication. Neurol Neurochir Pol 2003 , 37:31-38.
        Uversky VN, Li J, Fink AL: Metal-triggered structural transformations, aggregation, and fibrillation of human alpha-synuclein. A possible molecular NK between Parkinson's disease and heavy metal exposure. J Biol Chem 2001 , 276:44284-44296.


    MERCURE ET SCLEROSE EN PLAQUE (SEP) :
    Bates M, Fawcett J, Garrett N, Cutress T, Kjellstrom T: Related articles, health effects of dental amalgam exposure: a retrospective cohort study. Int J Epidemiol 2004, 33:894-902.
        Bates MN: Mercury amalgam dental fillings: an epidemiologic assessment. Int J Hyg Environ Health 2006, 209(Suppl 4):309-316.
        Craelius W. Comparative epidemiology of multiple sclerosis and dental caries. Journal of Epidemiology & Community Health, 1978, volume 32, p.155–65.
        Aminzadeh KK, Etminan M: Dental amalgam and multiple sclerosis: a systematic review and meta-analysis. J Public Health Dent 2007, 67:64-66.
        McGrother CW et al. Multiple sclerosis, dental caries and fillings: a case-control study. Brittish Dental Journal, 1999, volume 187, p. 261–264.
        Bangsi et al. Dental amalgam and multiple sclerosis: a case-control study in Montreal. International Journal of Epidemiology, 1998, volume 27, p. 667–671.



    MERCURE ET SCLEROSE LATERALE AMYOTROPHIQUE (SLA):

    Praline J, Guennoc AM, Limousin N, Hallak H, deToffol B, Corcia P: ALS and mercury intoxication: a relationship? Clin Neurol Neurosurg 2007 , 109(Suppl 10):880-883.
        Stankovic R: Atrophy of large myelinated motor axons and declining muscle grip strength following mercury vapour inhalation in mice. Inhal Toxicol 2006 , 18:57-69.
        Johnson F O. The role of environmental mercury, lead and Pesticide exposure in development of amyotrophic Lateral sclerosis. Neurotoxicology, septembre 2009, volume 30, n°5, p. 761–765.



    MERCURE ET MALADIES CARDIOVASCULAIRES:
    Mark C. Houston MD, MS, The Journal of Clinical Hypertension, vol.13, Issue 8, P.621-627, Août 2011.
        Moszczyński P. Mercury and the risk of coronary heart disease. Przegl Lek. 2006;63 Suppl 7:84-7.
        Frustaci A, Magnavita N, Chimenti C, Caldarulo M, Sabbioni E, Pietra R, Cellini C, Possati GF, Maseri A. Marked elevation of myocardial trace elements in idiopathic dilated cardiomyopathy compared with secondary cardiac dysfunction. J Am Coll Cardiol. 1999 May;33(6):1578-83.
        Kyung-Min Lim, Sujin Kim, Ji-Yoon Noh, Keunyoung Kim, Won-Hee Jang, Ok-Nam Bae, Seung Min Chung, and Jin-Ho Chung. Low-Level Mercury Can Enhance Procoagulant Activity of Erythrocytes: A New Contributing Factor for Mercury-Related Thrombotic Disease. Environmental Health Perspectives, Vol 118, N° 7, July 2010, p. 928-935. 
    Mercure et perte d’audition :
        Rothwell JA, Boyd PJ. Int J Audiol. 2008 Dec;47(12):770-6.

    Article de B. Waeber F. Feihl Sources: I.A.O.M.T - Par Patrick Hayes...)

     

    MERCURE ET PERTE D'AUDITION:

    Mercure et perte d’audition : Rothwell JA, Boyd PJ. Int J Audiol. 2008 Dec;47(12):770-6.

    Une revue systématique de mercure ototoxicity

    Cad. Saúde Pública, Rio de Janeiro, 28 (7) :1239-1247, juillet 2012

    Hoshino AC, Ferreira HP, Malm O, Carvallo RM, Câmara VM

    1 commentaire
  •  

     La vitamine C selon le dosage, à forte dose rapide = oxydant et tueur de cellules cancéreuses, à dose moindre et continue = antioxydante et détoxifiante

     

     

     

     

     

     http://metauxtoxic.online.fr/La_Vitamine_C.pdf 

     

    LA VITAMINE C: (naturelle en poudre, attention ne pas prendre d'acérola car elle contient des additifs, de l'aspartame, du gluten et du lactose) est essentielle à votre système immunitaire. L’essentiel de la défense de l’organisme est assuré par les cellules T. Moins ces cellules contiennent de vitamine C, moins elles sont efficaces contre les organismes étrangers, dont le candida-albicans (cf. « Nutraerobics », 1983). L’organisme consomme de la vitamine C à chaque fois qu' il est soumis à un stress (émotion, pollution toxique, etc.), qu'  il subit une infection etc. Or il ne stocke pas la vitamine C, qui est soluble dans l’eau. Il a donc besoin d’apports constants de ce nutriment. Si vous prenez plus de vitamine C que vous en avez besoin, vous souffrirez d’une petite diarrhée. Comme chacun d’entre-vous a des besoins différents en vitamine C (les apports journaliers ne sont que des moyennes), cela permet de doser précisément ce dont vous avez besoin. Le prérequis étant que les symptômes de diarrhées dues a une candidose avancée aient cessé, ce qui arrive souvent quand vous suivez le régime anti-candida pendant quelques jours. ( voir article candida albicans) 

    Si, en prenant 2g de vitamine C, vous développez des diarrhées, c’est que vous avez besoin de moins. Cependant, dans des circonstances de stress ou d’infection, votre organisme peut avoir besoin de beaucoup plus de vitamine C. Il faut alors que vous fassiez des tests pour déterminer les doses optimales dont vous avez besoin, dans ce contexte-là (même protocole que précédemment). Si vous ne le faites pas, vous prenez le risque d’affaiblir votre système immunitaire, ce qui rendra votre guérison plus longue.Le docteur Robert Cathart a même montré que l’organisme pouvait avoir besoin de 100g de vitamine C, dans certaines circonstances. Attention : ne jamais prendre de doses importantes de vitamine C sans supervision médicale. Par contre, une fois la crise passée (infection, stress, etc.), les doses qui étaient adaptées entraînent, comme avant, des diarrhées. 

    En situation « normale », il est conseillé de prendre 1 à 3 grammes de vitamine C, en l’absence de réaction des intestins (diarrhée, etc.).

    Le système immunitaire en sera renforcé et pourra lutter plus efficacement .

    Voici un extrait et l'explication d'un médecin intègre qui pratique cette thérapie dans les service de son hôpital pour soigner certains cancers

     

    A VOIR  ÉGALEMENT CET ENTRETIEN AVEC LE PR THOMAS E. LEVY

    Le pr américain Thomas E. Levy défend la thérapie du cancer à base de vitamine C: Un médicament miracle anti cancer ?

    une22092013

    Le spécialiste américain de la thérapie du cancer à base de méga-doses de vitamine C par voie intraveineuse, Thomas Edward Levy, a défendu hier au cours d’une conférence au siège du journal DK News, l’efficacité de ce protocole médical qu’il qualifie de «miraculeux». «La vitamine C est une molécule miracle contre tout type de cancer.

    Elle a une grande capacité de tuer les cellules cancéreuses et de booster la réponse immunitaire chez les personnes atteintes de cancer», a expliqué le Pr Levy lors d’une conférence de presse au journal. Invité par la Société algérienne de nutrition et de médecine ortho-moléculaire (SANMO), le spécialiste de cette méthode médicamenteuse, a ajouté que la recherche scientifique a permis de découvrir que les tumeurs cancéreuses «répondaient bien» à la vitamine C par voie intraveineuse.

    Une maladie dévastatrice qui commence chez le patient par l’inquiétude, le doute, et qui aboutit à un coup de massue. Il n’y a pas de courage pour recevoir la nouvelle. On ne peut pas nous rendre disponible, de façon sereine, pour recevoir l’information comme on est quand cela concerne un mal de dent.

    Le cancer n’est pas une simple maladie car le malade est convaincu qu’il ne gagnera pas la bataille. Un parcours dramatique, dépistage, diagnostic, thérapie, suivi, traitement lourd des cellules cancéreuses, biochimie éprouvante, radiothérapie, chirurgie, puis les douleurs, atroces, pas humainement supportables. Cela est d’autant pire qu’il n’y a de politique de douleur. Atroces car les anti-douleurs ne se vendent pas en pharmacie et très souvent ne se donnent pas à l’hôpital. Même si l’issue est fatale, qu’au moins ces médicaments anti-douleurs doivent être disponibles pour donner un peu de confort aux malades.

    Les populations compatissent avec leurs malades, ont autant mal moralement qu’elles sont impuissantes devant ces cris de douleurs déchirants, sont autant révoltées qu’elles ne comprennent pas que des anti -douleurs soient indisponibles dans toutes les pharmacies. Ces dernières ont toujours la même réponse. Produits indisponibles. Produits non autorisés à l’importation. On a toujours rêvé d’un médicament miraculeux. On a toujours rêvé d’un vaccin miraculeux. D’où l’espoir peut-il nous parvenir ? L’espoir, nous parviendra t il des Etats-Unis ? C’est à croire en écoutant l’invité d’hier du forum du quotidien DK News.

    Celui-ci a pour nom Thomas Edward Levy. Il est Américain, il est professeur en cardiologie au Mississippi , chercheur en traitement du cancer, et en prévention cardiovasculaire. Le professeur est accompagné par les personnalités algériennes du monde de la médecine. Le docteur Ilyes professeur Baghli, président de la Société algérienne de médecine (créée en 2011), le docteur Tahar Naili, vice-président , du professeur Mustapha Oumouna.  Le médicament miraculeux ? Un traitement à base de vitamine C. Le professeur Thomas affirme que celui-ci a fait ses preuves  sur les malades qui en ont été traités.

    Le débat a porté sur la validité du protocole du traitement. Selon le professeur, un centre de traitement pilote a été ouvert au Kansas et tous ceux qui veulent être traités par ce médicament soit la vitamine C  peuvent se présenter à ce centre. Des dizaines de milliers sont passés par ce centre et les résultats ont été positifs.  A la question de savoir si en même temps a été traité un groupe de malades et un autre groupe de malades qui ne reçoit pas le traitement pour faire des comparaisons, le professeur invoque l’éthique qui l’interdit à titre  expérimental. Pourquoi cette thérapie nouvelle n’est pas adoptée par les Etats Unis à part ce centre du Kansas, le professeur invoque des raisons qui ne sont pas avouables. Le lobby du médicament ?

    Nombre de questions ont été posées  en particulier celles de savoir si le traitement par la vitamine C dispense de l’acte chirurgical, de la biochimie et de la radiothérapie. Le professeur affirme qu’ils ne sont pas exclusifs, mais qu’il faudrait séparer l’administration de la vitamine C de la biochimie pour que les cellules ne soient pas attaquées en même temps. L’usage de la vitamine C permet de réparer les cellules détruites par la  biochimie.

     

    Conférence vidéo de MICHEL DUMESTRE sur la VITAMINE C

     

     

    La médecine orthomoléculaire prônée notamment par Linus Pauling, prix Nobel de chimie, et Matthias Rath, recommande une consommation de vitamine C de 2 à 20 g par jour qui peut être augmentée en cas de maladie, en se basant sur les premiers travauxd'Irwin Stone. Linus Pauling a étudié le rôle de la vitamine C dans la prévention du rhume et le traitement du cancer. Cette vitamine , administrée « sous une forme adéquate, au moyen de techniques appropriées, en doses suffisamment fréquentes, en doses suffisamment élevées, en conjonction avec certains agents et pour une période suffisante », serait capable de prévenir voire de guérir un grand nombre de maladies, notamment la grippe, le cancer ou les maladies coronariennes.

     

    Tout sur la vitamine C ici:

    http://supervitaminec.com/introduction-super-vitamine-c.html


    votre commentaire
  • L'EXTRAIT DE PEPIN DE PAMPLEMOUSSE (EPP)

    L'EPP ( Extrait de Pépin de Pamplemousse)

    A NE PAS PRENDRE EN MEME TEMPS QUE LA PRISE DE MEDICAMENTS!!!

    DE nombreuses fraudes signalées:

    À plusieurs reprises, dans les années 2000, des scientifiques, allemands, suisses et japonais, ont prouvé que certains EPP n’étaient pas si naturels que ça (1) : dans plusieurs d’entre eux a été détecté la présence en quantité non négligeable d’antibiotiques et de conservateurs industriels comme du chlorure de benzéthonium (un ammonium quaternaire toxique), du chlorure de benzalkonium (idem), du triclosan (un composé organochloré) et du methyl paraben.

    En Suisse, suite à une étude des laboratoires cantonaux de Bâle mettant en évidence la présence de hautes concentrations de chlorure de benzéthonium dans des EPP (7 produits sur les 9 étudiés étaient contaminés !), plusieurs marques ont même été retirées du marché au début des années 2000.

    Avec du chlorure de benzéthonium, vous pouvez remplacer n’importe quel EPP par de la Vache qui Rit ou de la confiture de groseille : le résultat sera aussi époustouflant !

    La preuve en est que ses propriétés sont largement mises à profit en agriculture biologique, en jardinage (on l’utilise contre les moisissures, le mildiou, les limaces, les pucerons) et dans les élevages (on soigne ainsi les animaux souffrant d’infections à champignons, on s’en sert pour nettoyer le pis des vaches, les cages et les stalles…).

    Alors si la méfiance s’impose face à la floraison actuelle de marques et sous-marques et face à certaines pratiques, compte-tenu de ces arguments et de nos expériences respectives, l’EPP reste un excellent produit qu’il faut simplement savoir bien choisir.

    Avantage imparable par rapport aux antibiotiques chimiques : l’EPP inhibe les bactéries nocives au niveau intestinal mais ne touche pas les indispensables bifidus et ne diminue que très peu les lacto-bactéries. Globalement, l’ensemble de la flore s’en trouve améliorée.

    Intéressons-nous au procédé de fabrication industriel standardL’EPP est normalement produit à partir des pépins du Citrus paradisi, autrement dit le gros pamplemousse originel encore appelé « pomélo ». Certains fabricants utilisent toutefois Citrus grandis, plus petit et plus courant chez nous ou Citrus maxima.Le plus souvent, on vous propose un extrait hydro-glycériné ou hydro-alcoolique sur la base d’une extraction à sec. Grosso modo :    Les pépins sont séchés et réduits en poudre.    Cette poudre est ensuite dissoute dans de l’eau pure et distillée (pour éliminer les fibres et la pectine).    Une autre opération de séchage permet d’obtenir une poudre concentrée.    Ce concentré est mélangé à un solvant (glycérine ou alcool) et à de l’eau puis chauffé sous haute pression.    Puis il est refroidi, filtré et traité aux U.V.

    Américains ou Chinois fournissent les marchandsMais dans les faits, on ne sait pas comment est précisément fabriqué l’EPP. Car la réalité, c’est que si l’on trouve une myriade de marchands français, il existe très peu de vrais fabricants dans l’Hexagone : la matière première est le plus souvent importée sous forme liquide. D’où vient-elle ? Les principaux fabricants sont américains, chinois et, dans le meilleur des cas (je veux dire le plus traçable), allemands.

    Difficile de vérifier la qualité de l’extrait originel dans ces conditions,facile de tomber sur un extrait fabriqué à partir de n’importe quel pamplemousse… Et ça, les marchands d’EPP concernés se gardent bien de nous le dire.En plus, l’EPP est maintenant au centre d’une nouvelle bataille commerciale où tous les coups sont permis. Voilà décidément une histoire à rebondissement

    La guerre des bioflavonoïdesMême si certains fabricants font valoir des procédés d’extraction plus sophistiqués (extraction à froid, sous vide, par pression, dépression, percolation, hyperfréquence et tutti quanti), le principe de fabrication est le même partout ou presque.C’est ainsi que la norme est d’utiliser 20% en moyenne d’extrait de pépins de pamplemousse pur (pour obtenir un produit suffisamment liquide), ce qui donne au final un EPP qui titre à 400 mg de bioflavonoïdes pour 100 ml de produit.

    Comment expliquer alors que l’on trouve des EPP à 800, 1 000 ou 1 200 mg de bioflavonoïdes pour 100 ml ? C’est à qui proposera le plus…Les petits calculs des marchands d’EPPTout dépend en fait de la méthode de mesure utilisée.Il existe en effet deux techniques d’analyse quantitative des molécules :- la chromatographie en phase liquide à haute performance (CLHP ou HPLC en anglais), la plus précise.- le test U.V. (l’absorption U.V. visible).Or le même extrait donnera pas exemple un résultat de 100 mg en HPLC et de 300 mg par la méthode U.V., soit 3 fois plus.

    Si l’on vous annonce 1 200 mg, c’est que l’on a utilisé la méthode d’analyse U.V., 3 fois plus avantageuse dans la mesure où elle quantifie tous les composants de l’extrait et pas seulement les bioflavonoïdes.Ainsi, un EPP titré à 800 mg selon la méthodologie U.V. contient en réalité moins de 300 mg de bioflavonoïdes.A moins que l’on ait rajouté artificiellement des flavonoïdes (d’où viennent-ils ?) dans le produit, ou l’écorce ou le péricarpe (l’enveloppe superficielle du fruit), ce qui se pratique aussi allègrement.

    Autant vous le dire tout de suite : cette astuce commerciale, comme celle qui consiste à rajouter de la vitamine C naturelle ou de synthèse, ne présente aucun intérêt, l’extrait de pépin se suffisant pour ce qui nous intéresse : son action antibiotique. Et cette action dépend des bioflavonoïdes, des composés phénoliques qui sont de puissants antioxydants et qui constituent aussi les défenses immunitaires des plantes contre les parasites, les bactéries, la lumière, etc.

    Quant au péricarpe, rien n’indique qu’il ait un effet antibactérien mais pour des raisons qui m’échappent, on m’explique qu’il permet d’obtenir plus facilement la mention bio…

    Faut-il préférer le bio ?Faut-il privilégier un EPP bio ? Pas forcément. Bien sûr, on évitera ainsi les extraits produits à partir de pamplemousses à jus de culture intensive, et par conséquent les traces d’intrants. Mais l’on en paiera le prix, pour une différence qui, en l’espèce, n’est pas déterminante.  Car la meilleure filière qui soit, reste celle du pamplemousse originel, sauvage, à savoir le Citrus paradisi provenant d’Asie. Ce sont les gros pépins de ce pamplemousse qui ont été étudiés. Et sauf exceptions, ce pamplemousse sauvage peut difficilement accéder à un label.

     

    PAMPLEMOUSSE ET MEDICAMENTS:

     

    Le nombre de médicaments dont l'interaction est dangereuse avec le pamplemousse et d'autres agrumes a plus que doublé dans les quatre dernières années, selon une étude publiée dans le Canadian Medical Association Journal (CMAJ).

    L’interaction de certains médicaments avec le pamplemousse est dangereuse parce que ce dernier modifie leur métabolisme, ce qui a pour conséquence d'en augmenter la concentration dans le sang à des niveaux qui peuvent parfois représenter de graves surdoses (seuls des médicaments se prenant par voie orale sont ainsi concernés).

    Tous les agrumes ne sont pas concernés. Les oranges de Séville (oranges amères souvent présentes dans les marmelades), les limettes (citrons verts) et les pomelos peuvent interagir dangereusement avec certains médicaments, tandis que les variétés d’oranges sucrées (Navel ou Valencia) n’altèrent pas le métabolisme des médicaments.

    David Bailey de l'University of Western Ontario et ses collègues dressent, en annexe de leur article, la liste des 89 médicaments qui interagissent avec le pamplemousse. Le niveau de risque (peu élevé, intermédiaire, élevé et très élevé) est indiqué ainsi que les événements indésirables associés à chacun d'eux et les médicaments alternatifs lorsque disponibles. Le risque est estimé élevé ou très élevé pour 43 de ces médicaments.

    Parmi ces médicaments se trouvent:

    - plusieurs médicaments anti-cancer - des anti-diabétiques - des médicaments anti-infection - des médicaments anti-inflammatoires - des médicaments anti-cholestérol (statines) - des médicaments cardiovasculaires - des médicaments psychiatriques et neurologiques :antidépresseurs, antipsychotiques (ou neuroleptiques), antidouleurs opiacés, anxiolytiques…) - des hormones de substitution (estrogène) - des médicaments immunosuppresseurs - médicaments pour les affections des voies urinaires.

    Les médicaments sont indiqués sous le nom de la molécule active (le nom générique) qui est différent du nom commercial (une molécule est souvent vendue sous plusieurs noms commerciaux). Le nom générique se trouve sur l'emballage des médicaments.

    Consulter la liste des 89 médicaments qui interagissent avec le pamplemousse (CMAJ). (Novembre 2012) voir le pdf ci-joint:http://www.cmaj.ca/content/ suppl/2012/11/26/ cmaj.120951.DC1/ grape-bailey-1-at.pdf


    votre commentaire
  • http://metauxtoxic.online.fr/Le_Gluten_en_particulier.pdf

    LES MÉTAUX LOURDS SONT RESPONSABLES DE L'INTOLÉRANCE AU GLUTEN ET A LA CASÉINE (LACTOSE)

    GLUTEN ET METAUX

    L'INTOLÉRANCE AU GLUTEN

    Qu'est-ce que le gluten ?

    Le gluten est un mélange de protéines combiné avec de l'amidon dans l'endosperme de la plupart des céréales.

    Il constitue environ 80 % des protéines contenues dans le blé.

    Le gluten est responsable de l'élasticité de la pâte malaxée ainsi que de la masticabilité des produits à base de céréales cuits au four.

    Il est important de savoir que le gluten se réfère aux protéines uniquement issues des céréales par conséquent, toutes les céréales contiennent du gluten.

    Le gluten se divise en deux groupes : les prolamines et les gluténines.

    Les protéines de la famille des prolamines sont à la source de la maladie cœliaque et de l’intolérance très pernicieuse.

    Le blé (alpha gliadine), le seigle (sécaline) et l’orge (hordénine) sont les plus toxiques, suivis du maïs(zénine).

    Pendant des millions d’années, les hommes ont consommé une nourriture naturelle, analogue à celle des animaux sauvages. Les enzymes et les mucines digestives étaient adaptées aux diverses substances ingérées.

    L’alimentation moderne est riche en macromolécules nouvelles, pour lesquelles enzymes et mucines ne sont souvent pas adaptées.

    Même pris en petite quantité ou exceptionnellement, un aliment contenant du gluten provoque des lésions de l’intestin.

    Actuellement, les industries agroalimentaires modifient de façon exagérée les céréales, qui sont devenues beaucoup plus inassimilables et, par conséquent, encore plus toxiques qu’elles ne l’étaient déjà auparavant.

    Rôle du gluten dans notre alimentation:

    Le gluten est une protéine présente dans les céréales. Le gluten influence les propriétés de cuisson de la farine. Le gluten absorbe l’eau qui est ajoutée à la farine et gonfle de façon à générer une pâte à pétrir. Pendant la cuisson, le gluten libère une partie de l’eau retenue et se lie à l’amidon contenu dans la farine, de façon à assurer la cohésion du pain.

    On peut considérer le gluten comme la colle de ces céréales. Il est responsable de la capacité agglutinante et liante des céréales et leur utilisation pour la fabrication des pâtes et de pains.Malheureusement le gluten est utilisé fréquemment en industrie alimentaire et peut se cacher dans une multitude de produits, sous des dénominations différentes.

     

    CEREALES ET LEURS POURCENTAGES DE PROLAMINE

    Plus haut est le pourcentage, plus haut est le risque d’une réaction

    BLE  (froment)                                 69 % d’alpha gliadine 
    EPEAUTRE                                      69 % d’alpha gliadine
    KAMUT                                            69 % d’alpha gliadine
    SEIGLE                                            30 à 50 % de sécaline
    ORGE                                              46 à 52 % de hordénine 
    MAIS                                                55 % de zénine 
    SORGHO                                         52 % de cafirine
    MILLET                                            40 % de panicine
    AVOINE                                            20 à 30 % d’avenine
    TEFF                                               12 % 
    FONIO                                              inférieur à 10 %
    RIZ                                                    5 % d’orzénine

    Les céréales qui lèvent très peu, ont un pourcentage de prolamine très bas. Le quinoa, l’amarante et le sarrasin sont des semences et non des céréales.

    Lorsque les protéines des céréales et du lait ne sont pas complètement dégradées, celles-ci franchissent la paroi intestinale et se retrouvent dans le système sanguin.

    Ces peptides alors transformés en « peptides opioïdes » vont se comporter dans l'organisme comme certains dérivés morphiniques et se fixer sur les récepteurs biochimiques spécifiques à ces substances. En occupant et en saturant les récepteurs, les peptides provenant du gluten et de la caséine mal métabolisés, vont alors entraîner des dérèglements du comportement et favoriser le développement de maladies dégénératives et du système nerveux central. Donc, s’en tenir strictement aux farines autorisées si l’on veut obtenir des résultats rapides et spectaculaires.

    Important ! Une molécule de gluten contient 16 molécules opioïdes.

     

    Intolérance au gluten:

    Certains individus ont la possibilité d'ingérer du gluten sans aucune conséquence pathologique (ils sont rares, de plus en plus rares). D'autres manifesteront certaines pathologies mais ne feront aucun lien avec les intolérances dérivant du lait et du gluten.

    Certains sujets susceptibles à ces deux substances débelopperont des pathologies, et leurs médecins plus informés feront le lien entre leurs intolérances et allergies liés à leurs pathologies, comme par exemple le gluten peut provoquer des lésions de la muqueuse jéjunale corrélée à tous les symptômes décrits plus haut (tableau du Pr. Reichelt).

    Le gluten est reconnu depuis longtemps comme un allergène/antigène majeur. Une réaction d’intolérance sert de base au mécanisme de cette maladie. Le gluten déclenche en tant qu’antigène une réaction immunitaire qui, suite à un apport alimentaire quotidien, aboutit à une réaction inflammatoire chronique avec finalement une atteinte des tissus. Les lésions tissulaires progressent au cours du temps jusqu’à la destruction complète des villosités intestinales.

    Si l’on mange mal on va sélectionner certains types de bactéries, c’est-à-dire que suivant le milieu nutritif que l’on va donner à nos bactéries, on va plutôt favoriser les unes par rapport aux autres. On a une mauvaise assimilation : plus on mange moderne, plus on est carencé et on a des micro-villosités défectueuses, et donc on peut de moins en moins absorber et digérer correctement des produits qui sont plus ou moins bien dégradés de ce fait. On n’est plus en phase avec notre environnement. Cela aboutit à une détérioration de la muqueuse intestinale. On crée alors rapidement une hyper perméabilité intestinale.

    L’alimentation est un facteur environnemental qui excite le système immunitaire, ce qui fait que la réaction immunitaire s’auto-entretient. Si vous arrêtez d’exciter le système  immunitaire, les choses se calment et petit à petit, il y a une régulation.

    On sait que l’alimentation peut modifier jusqu’à 60% l’expression des gènes. On ne va pas créer de nouveaux gènes, mais on peut accentuer très fortement la production de molécules bénéfiques ou au contraire maléfiques. Les aliments que nous mangeons vont directement, sous forme découpée, au niveau du génome. Ce sont des promoteurs du génome.

    Dans énormément de maladies graves et compliquées, pour lesquelles il n’y a pas de solution médicamenteuse, si l’on ferme la perméabilité intestinale, immanquablement on va forcément améliorer les choses.

    Le mercure augmente la perméabilité intestinale. Il n’est pas seulement toxique pour le cerveau mais aussi pour touts les organes et les tissus.

    Symptômes et signes d’intolérance au gluten

    Anémies (le niveau de fer redevient très vite normal lors de la suppression du gluten)
    Effets sur la mémoire et l’apprentissage
    Problèmes d’écriture, problèmes scolaires
    Dyslexie
    Manque de confiance en soi
    Diminution à la socialisation, dépression
    Troubles du sommeil
    Modifications de la vie sexuelle
    Constipation
    Diarrhée
    Gaz intestinaux
    Maladie de Crohn
    Régulations de la température corporelle
    Ralentissement des mouvements péristaltiques

    Les effets du gluten sur le cerveau:

     

    gluten_cerveau_2

     

    La protéine pénètre le cerveau et y exerce ses effets pathogènes.

    Les peptides opioïdes franchissent d’autant plus aisément la barrière hémato-méningée qu’ils en augmentent la perméabilité et sont retrouvés dans le liquide céphalo-rachidien. Ils perturbent l’apprentissage, l’affectivité, la socialisation.

    Nourris au gluten, le rat perd ses facultés d’apprentissage, le chat adopte un comportement bizarre, les chatons, les chiots et les poussins ne pleurent pas lors du sevrage.

    Surtout ils perturbent la trophicité et l’organisation cérébrale dans les premières années de vie et à la puberté, périodes de maturation cad des migrations et positionnement des neurones et de la multiplication des cellules gliales dans les différentes couches tissulaires.

    Les peptides opioïdes dérivés du gluten ont un rôle étiopathogénique dans l’autisme.

    L’association pathogénique gluten-autisme est née des travaux épidémiologiques de Dohan établissant une corrélation quantitative très forte entre l’incidence de la schizophrénie et la consommation de céréales.

    Le Pr. Reichelt élargissait cette recherche à l’autisme et établissait, imité par d’autres auteurs, la présence quasi constante et à des taux élevés, de peptides opioïdes dérivés du gluten dans les liquides biologiques d’enfants autistes.

    Pour affirmer la responsabilité d’une protéine alimentaire dans le développement d’une maladie, 3 conditions doivent être remplies :

    1. La protéine alimentaire franchit intacte cad active la muqueuse digestive ;
    2. La protéine atteint l’organe malade, ici le cerveau, et y exerce ses effets délétères ;
    3. L’éviction de la protéine incriminée amène la guérison ou l’amélioration des troubles.


    Construction pathogénique

    Le déficit initial est digestif et enzymatique à l’image des déficits en osidases qui digèrent les sucres alimentaires.

    La muqueuse duodénale est déficitaire en peptidase et notamment la dipeptidase de type IV et digère incomplètement le gluten en peptides opioïdes, qui en s’accumulant essaiment dans le sang et exercent leurs effets pathogènes par leur activité sur les récepteurs opioïdes et/ou par leur inhibition des peptidases tissulaires très répandues et dont le rôle dans l’organisme est encore mal connu.

    Il est important de différencier ce mécanisme de celui de la maladie coeliaque, la plus emblématique quoique la moins fréquente et souvent la seule connue des pathologies issues d’une « intolérance au gluten ».

    Dans la maladie coeliaque, le gluten avec la complicité de l’HLA-DQ2 génère un anticorps fatal à la transglutaminase, enzyme de réparation tissulaire de la muqueuse digestive qui existe dans d’autres tissus (cerveau notamment). C’est la perte de cette faculté de réparation qui entraînera l’atrophie villeuse et le syndrome digestif.

    Les « coeliaques » ont de plus, soit par déficit enzymatique soit par effraction muqueuse, une hyperpeptidémie – hyperpeptidurie opioïde responsable d’un tableau neuropsychiatrique (épilepsie, dépression), dans 2/3 des cas.

    La maladie coeliaque est une allergie au gluten, mais on sait que 30% des adultes sont intolérants au gluten.

    Le gluten et les atteintes neurologiques:

    Sans graisse, riche en fibres, en magnésium et en vitamines B1 et B6, le pain pourrait être un parfait aliment santé, base idéale d’une alimentation saine et équilibrée. Mais…

    Nombreuses sont les personnes souffrant de diverses maladies et troubles dès lors qu’elles s’alimentent avec ce « mythique aliment » qu’est le pain.

    Maladie coeliaque, maladie de Crohn, cancer des intestins, ajoutés aux pathologies psychiatriques et divers troubles du comportement tels l’autisme, l’hyperactivité, les troubles scolaires ou encore la schizophrénie… Bref tant de pathologies, troubles mentaux plus divers les uns que les autres dont le principal responsable incriminé est… le gluten du pain ! Et malheureusement, nos enfants sont en première ligne concernant les risques.

    Pourquoi assistons-nous, de nos jours, à une explosion fulgurante du nombre d’allergies, et principalement d’intolérances aux céréales ?

    En quoi le gluten de notre pain serait-il devenu nocif pour l’Homme moderne ?

    Quel rôle jouerait-il dans les troubles mentaux ?

    Agriculture… évolution et mutation

    L’agriculture de l’Homme occidental a délaissé depuis longtemps l’exploitation naturelle des cultures au profit de « l’intensif ». Suivant les régions du monde et durant des milliers d’années, les céréales ont été la base de notre nourriture. Le blé, l’orge, l’avoine, le seigle, le riz… autrefois sauvages, présentaient une très grande variabilité génétique mais ceux-ci furent très vite réduits par l’autopollinisation dans les champs puis par la sélection des espèces par l’Homme.

    En effet, dès l’époque romaine, les espèces cultivées présentaient de meilleures capacités à s’agglutiner pour la confection de la pâte à pain, qualité liée à la présence de gluten et furent donc privilégiées.

    C’est ainsi que les céréales mutantes caractérisées par un rachis solide (le rachis désigne la fixation de la graine à l’épi) tendent à se multiplier dans les zones cultivées, au détriment des céréales ordinaires : le gluten a fait son apparition dans notre « pain quotidien » !

    Bien que l’agriculture permit la sédentarisation de l’humanité, il y eut cependant un prix à payer : la genèse de nouvelles maladies liées au caractère toxique de l’intolérance au gluten, plus communément appelée la maladie coeliaque.

    Pourquoi y a-t-il de plus en plus de personnes allergiques et intolérantes aux céréales ?

    Pour comprendre la nocivité du gluten, son implication dans les troubles mentaux, il nous faut explorer les unités catalytiques de nos voies métaboliques essentielles : les systèmes enzymatiques.

    Je vous amène, donc, avec votre permission, au coeur du carrefour des disciplines biologiques et physicochimiques. Rassurez-vous, je vous épargnerai les mécanismes scientifiques trop complexes. Etes-vous prêt ? Allons-y !

    Généralisons :

    L’intolérance au gluten se résume à un dérèglement de notre système enzymatique. Les protéines des céréales ne sont, en effet, pas complètement digérées, il en va de notre santé. Même le plus succulent des pains naturels à base de farine de blé bio, pétri avec amour et garanti sans produits chimiques et sans conservateurs, constituerait un redoutable poison pour l’organisme intolérant ! Quels sont les principaux suspects pointés du doigt par bon nombre de chercheurs internationaux (Cf. les études du professeur américain Boyd E. Haley) ? Appelons à la barre les métaux toxiques et les virus… 

    Les métaux lourds incriminés

    Parmi les hypothèses étiopathogéniques les plus fréquemment accréditées dans la littérature internationale scientifique, nous retrouvons les métaux toxiques tels le plomb, le cadmium, l’aluminium et, enfin, l’ennemi numéro un le plus redoutable, lemercure !

    Ces métaux, nous les côtoyons au quotidien: amalgames dentaires (mercure, étain, argent), cigarettes (cadmium, mercure), vaccins en général (aluminium jouant le rôle de conservateur) et plus particulièrement le vaccin contre le ROR rubéole-oreillons-rougeole (mercure sous forme de thimérosal), ou encore pesticides en tout genre, additifs et conservateurs alimentaires, etc. 

    (Cf. les études du Pr Boyd E. Haley, biochimiste et toxicologue américain, des épidémiologistes Jean-Jacques Melet et Marie Grosman et des Pr Maurice Rabache et André Picot
    du CNRS en France).



    Et gare aux effets indésirables !

    En s’accumulant dans l’organisme, les métaux lourds ont une action inhibitrice sur une classe d’enzymes que l’on nomme les peptidases. Ces dernières sont notamment destinées à la dégradation complète d’un ensemble de protéines alimentaires provenant du gluten. Par exemple, le mercure inhibe la DPPIV, une enzyme censée détruire le glutamorphine au cours de la digestion.


    Quand l’intestin déraille…

    C’est un véritable empoisonnement chronique qui atteint la personne. Les protéines issues du pain, non complètement dégradées, franchissent en premier lieu la paroi intestinale, déjà altérée par le mercure et les virus, et se retrouvent ainsi dans le torrent du système sanguin.

    Ces peptides, alors transformés en « peptides opiacés », vont se comporter dans l’organisme exactement comme certains dérivés morphiniques et se fixer sur les récepteurs biochimiques spécifiques à ces substances.

    En occupant et en saturant les récepteurs, les peptides provenant du gluten, mal métabolisés, vont alors entraîner des dérèglements du comportement et favoriser le développement de maladies dégénératives du système nerveux central. En effet, l’accumulation de ces opioïdes inhibe le développement de ce dernier, provoquant ainsi un dysfonctionnement progressif.

    Saviez-vous qu’une molécule de gluten contient jusqu’à 16 molécules de dérivés morphiniques ?Par ailleurs, si, et seulement si, ces sujets présentent des dérèglements du mécanisme enzymatique propre à la glia (ensemble des cellules nerveuses du cerveau), en quelque sorte une altération de la barrière hémato-encéphalique, alors ces glutamorphines peuvent, en second lieu, traverser cette membrane, entraînant une accumulation neuronale et par conséquent favoriser le développement de troubles mentaux et comportementaux.

     

    Virus des vaccins et microbactéries

    Les virus des vaccins peuvent circuler dans le sang, se loger dans différentes zones cérébrales, causant ainsi, en association à l’action des glutamorphines, de légères encéphalites, des arrêts du langage, etc.

    Pire encore, les micro-organismes (champignons comme le Candida albicanspeuvent s’installer rapidement dans toutes les muqueuses et en particulier dans l’intestin. Véritables envahisseurs, ils contribuent à la formation d’une paroi empêchant l’absorption normale des aliments, des vitamines et… malheureusement du pain !

    Les symptômes majeurs

    Le désordre biochimique auquel se retrouve confronté notre organisme lors d’une intoxication au gluten est à l’origine d’un éventail de désordres comportementauxsouvent qualifiés, de façon erronée, de «psychosomatiques » ou « gastriques ».

    Quelques exemples : problèmes scolaires, dyspraxie, dyslexie, déficit d’attention et de comportement, hypo et hyperactivité, problèmes relationnels, violences, divers types autistiques (avec ou sans langage), troubles involontaires convulsifs (tic), troubles obsessionnels compulsifs (toc), automutilations, perturbation du sommeil, fibromyalgie, fatigue chronique, maladies de l’intestin (ballonnements, constipation, maladie coeliaque, maladie de Crohn, carcinomes de l’intestin…) schizophrénie, etc.

     

    La preuve biochimique

    Ces troubles « mentaux envahissants » causés par la dégradation partielle du gluten ont été mis en lumière par le professeur norvégien Karl Reichelt de l’Institut pédiatrique d’Oslo. En effet, il a incriminé dès 1986 la présence de peptides du gluten dans les urines de sujets hyperactifs, autistes, épileptiques et schizophrènes.


    Une solution, une analyse : la peptidurie

    Tous ces troubles obscurs peuvent être prévenus, notamment grâce à une simple analyse d’urine : la peptidurie. Celle-ci va mettre en évidence des toxiques, et en quelle quantité, qui perturbent l’activité électrique du cerveau.

    Grâce aux brillantes découvertes du professeur Karl Reichelt et à ses analyses de peptides urinaires, les patients peuvent, comme je l’ai fait pour mon fils, mettre en place un changement alimentaire individualisé exempté de gluten permettant ainsi de mettre fin à une longue litanie de symptômes et de se construire une nouvelle vie en pleine santé.


    votre commentaire
  •  

    VACCIN GARDASIL "LES PLAINTES CONTRE LE GARDASIL" BFM TV DU 25 NOVEMBRE 2013 ET AUTRES REPORTAGES

     

    BFM Story: les plaintes contre le Gardasil - 25/11

    Gardasil : "j'ai peur pour ma santé"

    Vaccin scandale Gardasil - Si toutes les victimes portent plainte, Sanofi peut fermer définitivement ses portes !

    Gardasil : des bénéfices supérieurs aux risques ?

     

    Vaccin Gardasil : plus d'une vingtaine de plaintes

    devraient être déposées contre Sanofi

     

    http://lci.tf1.fr/france/ justice/ des-avocats-annoncent-plus-d-un e-vingtaine-de-plaintes-a-veni r-8317816.html

     

     

    L'avocat des victimes du vaccin contre le cancer de l'utérus confie au Point.fr que d'autres familles, après celle de Marie-Océane, vont saisir la justice.

    Une jeune femme a déposé une plainte pour de graves effets secondaires liés, selon elle, au vaccin Gardasil contre le cancer du col de l'utérus (photo d'illustration)Une jeune femme a déposé une plainte pour de graves effets secondaires liés, selon elle, au vaccin Gardasil contre le cancer du col de l'utérus (photo d'illustration) © Boissonnet / BSIP
     
     
     
     
     
    Le Gardasil est un vaccin proposé dans le cadre de la prévention du cancer du col de l'utérus aux jeunes filles. À l'âge de 15 ans, Marie-Océane a reçu une première injection en octobre 2010, puis une deuxième en décembre. Deux mois plus tard, des signes cliniques inquiétants apparaissent et bouleversent sa vie. Le lien est rapidement établi avec le vaccin. Elle est alors hospitalisée plusieurs fois dans les mois qui suivent. Aujourd'hui, elle est la première victime du Gardasil à être reconnue par un jugement en France. L'avocat des victimes, Me Coubris, se confie au Point.fr

    Une jeune fille prénommée Marie-Océane souffre d'une sclérose en plaques à la suite d'une vaccination au Gardasil. Est-ce exact ?

     
    Me Coubris : Le diagnostic posé n'est pas encore tout à fait clair. Il s'agirait d'une encéphalomyélite aiguë et/ou d'une sclérose en plaques. L'encéphalomyélite aiguë est une maladie inflammatoire du système nerveux central, secondaire à une infection virale bactérienne ou à une vaccination. Elle aboutit à une destruction des gaines de myéline et présente des similitudes avec les poussées de sclérose en plaques, d'où la difficulté d'un diagnostic précis, ce qui accentue l'angoisse de Marie-Océane et de ses parents. Cette famille est passée par des étapes de vie dramatiques. Marie-Océane a ainsi perdu temporairement la vue et s'est même retrouvée paraplégique et en fauteuil durant plusieurs mois. Une paralysie faciale l'a également touchée lors d'une crise.

     

    Comment le lien entre le vaccin et la maladie de Marie-Océane a-t-il pu être établi ?

    Les troubles sont apparus peu de temps après la deuxième injection et l'équipe médicale qui a pris en charge Marie-Océane a très vite établi le lien avec le vaccin, ce qui a été une chance pour elle, car pour d'autres victimes, le diagnostic n'est pas établi, les laissant dans une errance médicale intenable. Rapidement, les parents de la jeune fille ont déposé une plainte qui a donné lieu à une expertise. En juin dernier, un collège d'experts de Bordeaux a conclu que les troubles neurologiques dont souffre Marie-Océane sont bien en relation avec le vaccin. Outre les particularités de composition de ce vaccin, c'est surtout son adjuvant, l'aluminium, qui semble en cause dans l'atteinte du système nerveux de la jeune fille.

    Existe-t-il d'autres cas d'accident avec le Gardasil dans le monde ?

    Effectivement, de nombreux cas ont été répertoriés. Au Canada, des recherches sont menées depuis plusieurs années et les effets indésirables sont connus. Aux États-Unis, de nombreuses victimes ont porté plainte et deux jeunes filles sont même décédées des suites de ce vaccin.

    En France, d'autres victimes défendues par vous s'apprêtent-elles à porter plainte ?

    Le père de Marie-Océane mène un combat remarquable et fédère une vingtaine de familles de jeunes victimes qui vont bientôt porter plainte après le recours déposé par Marie-Océane. La plupart ont entre 16 et 20 ans et ont vu leur vie basculer souvent entre la deuxième et la troisième injection du vaccin.

    Quels sont les premiers symptômes rapportés par les victimes ?

    Dans les jours qui suivent la première, deuxième ou troisième injection, les victimes rapportent des vomissements, des maux de tête et des douleurs musculaires. Ensuite, les diagnostics sont souvent des scléroses en plaques ou des myofasciites à macrophages (fatigue et douleurs chroniques liées à l'aluminium des vaccins). Ces deux maladies sont dramatiques, car incurables. Les victimes vivent donc pour toujours dans l'inquiétude de l'évolution de leur maladie avec notamment les fameuses poussées de sclérose en plaques, qui laissent les malades de plus en plus affaiblis physiquement. Le vaccin de l'hépatite B est également en cause et cela fait bien longtemps que nous nous battons pour des victimes de ce vaccin avec de nombreux cas de sclérose en plaques.

    Dans cette affaire, vous portez aussi plainte contre l'Agence du médicament. Pourquoi ?

    Les effets secondaires ne sont pas nouveaux et inconnus. Avant que Marion ne déclare son accident en 2010, l'Agence du médicament avait déjà reçu au moins trois déclarations de pharmacovigilance concernant ce vaccin et elle avait été informée bien avant Marie-Océane des risques qu'il comportait. À la suite du scandale du Mediator en 2010, le Gardasil faisait d'ailleurs partie des 59 médicaments sous surveillance. Pourtant, voici un vaccin à l'efficacité incertaine, qui est toujours recommandé et remboursé par la Sécurité sociale. Je signale d'ailleurs, au passage, que c'est l'un des vaccins les plus chers au monde, à raison de 125 euros l'injection.


    source http://www.lepoint.fr/sante/gardasil-me-coubris-20-victimes-deposeront-bientot-plainte-24-11-2013-1761368_40.php

     

     

    gardasil danger

    gadasil3

     

     Les dernières données du VAERS sont de plus en plus inquiétantes :

    En août 2011, on comptait 23 388 victimes, dont 763 infirmes et 103 décès,

    en octobre,  elles étaient 23 982, 780 infirmes et 104 décès, et

    en novembre24 184 victimes, 789 infirmes et 108 décès, sans compter les quelque 5 000 victimes, n’ayant toujours pas récupéré leurs fonctions normales.

    Enfin, aux dernières nouvelles, en mars 2012 il y avait25 132 victimes, dont 110 décès et 826 infirmes.

     À eux seuls, ces chiffres devraient faire immédiatement retirer ce vaccin de la vente, mais il est notoire que les déclarations d’accidents au Vaers représentent un minuscule pourcentage de la réalité. En effet, le 2 juin 1993, la FDA avouait dans Jama qu’une étude du CDC démontrait que : « Seulement 1 % des accidents graves lui étaient rapportés ». Le magazine Money de décembre 1996 a bien confirmé cette considérable sous notification. Il est certain que si l’on multiplie les chiffres officiels par ce pourcentage, la situation est terrifiante.

    En outre, tout le monde ne connaît pas le Vaers, ne serait-ce que la France, où le massacre continue, sous « haute surveillance ». On peut se demander ce qu’ils surveillent, les accidents, les morts, ou les bénéfices des laboratoires. 

     Les parutions sur le sujet ne cessent d’arriver chez ceux qui se penchent sur le malheur des autres, au lieu de les balayer d’un revers de main.

     Nous n’avons pas encore cité dans notre liste devictimes, l’Allemande  Jasmin Soriat, qui était en pleine forme, n’avait jamais fumé et n’avait jamais souffert d’une quelconque maladie. Moins d’un mois après la dernière injection du Gardasil, une amie de Jasmin a découvert son corps inanimé. Manifestement elle était morte pendant son sommeil, ayant probablement dû succomber à une paralysie respiratoire.

     

    http://sanevax.org/gone-after-gardasil-jasmin-germany/

     

    Nous n’avons pas davantage parlé de Jasmine Renata, de Nouvelle-Zélande,morte à 18 ans, pendant son sommeil, après la troisième injection du vaccin, administrée alors qu’elle était de plus en plus malade au fur et à mesure des injections,mais en pleine forme avant de recevoir ce vaccin.

     Après sa mort, les parents ont reçu du bureau du coroner une lettre précisant ce que tout le monde savait déjà, « que la jeune femme ne se droguait pas, ne buvait pas et que rien de ce qu’elle avait absorbé n’était responsable de sa mort. »

     Deux autres jeunes femmes de Nouvelle Zélande sont décédées dans les mêmes conditions après la vaccination contre le papillomavirus, mais les familles ont préféré garder l’anonymat pour mieux faire leur deuil.

     Le cas de Jasmine Renata est rapporté dans le Carm, version néo-zélandaise du Vaers.

     En Espagne, Raquel avait 14 ans lorsqu’elle reçut sa première injection de Gardasil en novembre 2008. En février 2009elle reçut la seconde, 5 minutes plus tard elle se sentit étourdie, et dans les heures suivantes, elle était dans le coma en soins intensifs. Elle y resta deux mois, et lorsqu’elle en sortit, elle ne pouvait plus marcher.

     Les médecins hésitaient entre une encéphalite, une infection virale ou une inflammation bactérienne. Ils la laissèrent partir sans traitement et sa famille dut faire face à des convulsions et la paralysie. Elle amena Raquel chez un neurologiste qui diagnostiqua une démyélinisation et la soigna dans ce sens. A la fin du mois de juillet, elle pouvait marcher à nouveau, mais  en novembre, le cauchemar repris.

     Elle est incapable de mener une vie normale, passe son temps à se demander si elle va survivre, au lieu de spéculer sur son avenir. Elle n’a plus qu’une idée en tête : « Je ne veux pas qu’une seule autre fille souffre ce que j’ai souffert ».

     Il en est de même pour  Candice Selakovic, de Sydney. Elle fait partie des multitudes de jeunes femmes dont la vie a basculé du jour au lendemain, après le vaccin anti papillomavirus, et non anti cancer, comme on se plait à nous le répéter. Elle a été vaccinée en novembre 2007 et a subi de désagréables effets secondaires tout le mois suivant alors qu’elle passait son Master en psychologie. Un matin, elle s’éveilla, paralysée de tout le côté droit. Emmenée d’urgence à l’hôpital Campbelltown de Sydney, il fallut deux semaines d’examens pour trouver une lésion dans son cerveau et ce ne fut qu’en avril 2008 qu’on diagnostiqua une sclérose en plaques.

     

    5116249876_84663fc237.jpg

    Elle n’a jamais eu de manifestation de cette maladie avant sa vaccination, mais on pense qu’elle était latente et que le vaccin a servi de détonateur.

     « Mon neurologiste a étudié ce qu’il m’est arrivé et a découvert que 13 autres filles qui avaient reçu le vaccin étaient sans doute dans mon cas. J’ai fait des recherches moi-même et j’ai remarqué que ces 13 jeunes femmes étaient en parfaite santé et ne manifestaient aucun signe de la maladie avant leur vaccination. Je n’affirme donc pas que c’est le vaccin qui est responsable de la sclérose, mais il l’a déclenchée et je pense que mes 6 années d’étude à l’Université ont été perdues car je ne peux plus travailler avec ma pleine capacité ».

     candice.selakovic@hotmail.com

     

     En France, Rachel Celli, dont nous avons publié un premier témoignage et qui avait la naïveté de croire que les « experts » statueraient de manière indépendante et surtout « avertie », a vécu un calvaire à peu près identique avant d’apprendre il y a deux jours que la demande d’indemnisation de sa fille était rejetée puisque « le lien avec le Gardasil n'est pas explicitement confirmé, malgré la chronologie des faits ».

     Il serait grand temps que la charge de la preuve soit inversée et que ce soit aux laboratoires et non aux consommateurs de prouver que les produits qu’ils commercialisent ne sont pas toxiques. De même, il serait temps de changer les habitudes de l’ANSM qui a changé de nom (ex AFSSAPS) mais pas de méthode pour autoriser des poisons. Le mot « haute surveillance » fait rire de très nombreux acteurs de santé publique qui osent s’insurger contre ces manières. Mais en France, le ridicule ne tue que ceux qui l’exploitent, pas les victimes.

     Rachel Celli a beaucoup appris de l'expertise que sa fille a subie. « Il est inutile de consulter des cardiologues, gastro, gynéco, pneumo, neuro, psy, rhumato, et autres grands professeurs, car un neurologue et un pharmacologue, déguisés en experts, se sont évertués pendant plus d'une heure à démonter point par point tous les examens des médecins cités plus haut. Ces experts se sont uniquement basés sur les documents fournis par le labo, ils ne semblaient pas du tout intéressés par les informations que je détenais et ne voulaient absolument pas en entendre parler. Alors qu'un psy avait affirmé que ma fille ne présentait aucun syndrome d’anxiété ni de dépression et qu'un suivi psy ne servirait à rien, ces deux “experts” ont écrit sur leur rapport que ma fille était dépressive et que son état relevait d'un suivi psy, et tout ça en un peu plus d'une heure. »

     Rachel est consternée par l’entêtement des experts qui ne l’on pas écoutée une seule minutese sont fiés aux seules données des laboratoires et, ignorant les milliers de victimes à travers le monde, ont rabâche que sur presque 2 millions de jeunes filles qui ont été vaccinées avec le Gardasil, seulement 2 d'entres elles se disent victimes, ce qui n'est pas sérieux. Elle nous a rapporté en détail les péripéties de son « expertise ».

     « Les experts examinent les pieds de ma fille, eh oui, et elle a une voûte plantaire creuse ! commentaire de l'expert : “ah elle a les pieds creux, c'est bon on arrête là, c'est neurologique”. Je pose la question : “et ça veut dire quoi ?” Réponse : “on ne va pas vous faire un cours de médecine, vous ne comprendriez rien ”. Voilà, je ne suis pas médecin donc je suis débile ! comme tous les gens qui ont les pieds creux, ce qui m'amène à une réflexion : dans l'armée, étaient refusés tous les hommes qui avaient les pieds plats, donc ils étaient sûrement trop intelligents pour obéir bêtement aux ordres, ceci explique certainement cela. »

     

    4112010253_0734b2458f.jpgRachel s’en prend aussi à tous ceux qu’elle a voulu prévenir et qui refusent de témoigner. « Depuis juillet je n'ai pas arrêté de m’exprimer sur diverses chaines de télévision, dans des tas de journaux, à la radio pour informer les gens, réveiller les consciences. J'ai passé des heures à répondre au téléphone à certains d'entre vous et à d'autres qui ne m'ont pas laissé leur adresse mail, et quand j'ai envoyé des journalistes les contacter pour avoir d'autres témoignages et ainsi être plus crédible, ces journalistes sont revenus vers moi en me disant que personne ne voulaient témoigner. Je vous comprends, car depuis toute cette médiatisation je n'arrive plus  à me faire soigner, mais nous ne sommes pas crédibles si nous ne sommes que 4 ou 5 à accuser le Gardasil, il faut qu'il y ait d'autres témoignages, que les médecins et l'État se rendent compte de l’ampleur du carnage. Il arrive un moment où il faut arrêter d'avoir peur ou honte, de se cacher derrière les autres en attendant de voir ce qui va se passer, et il faut avoir le courage de s'élever contre toute cette machination très bien huilée qui consiste à dire “pour en sauver des centaines il faut bien qu'il y ait un pourcentage de perte”Oui cette phrase, des professeurs et médecins me l'ont dite, en rajoutant “vous n'avez pas de chance”. Voilà ma fille fait partie d'un pourcentage de perte acceptable, ni plus ni moins et je dois faire avec… »

     La famille de Laetitia a eu une vie avant le Gardasil et depuis plus de 4 ans elle a une autre vie qui tourne autour du Gardasil. « J'ai du arrêter de travailler pour m'occuper de ma fille, la trimbaler à travers toute la France pour divers consultations, examens, biopsies, opérations. Tout cela à pris du temps, de l’énergie et beaucoup d'argent, car les frais de carburant, les billets de trains, les frais d’hôtel, les repas, les parkings, les autoroutes ne sont pas remboursés par la sécurité sociale. Notre vie de famille s'en est trouvée toute retournée, ainsi que notre vie sociale. Ma fille aujourd'hui n'a toujours pas de diagnostic posé, personne ne comprend ses crises de paralysie, de tremblement, ses nausées quotidiennes avec ses bouffées de chaleurs, ses névralgies, ses douleurs pelviennes, ses syncopes, personne ne propose de traitement. Pendant ce temps, a 21 ans, elle doit composer avec tout cela, ne peut pas se rendre en fac plus de 2 heures par jour car elle est extrêmement fatiguée par des douleurs dans les jambes, elle ne peu plus conduire, je dois l'accompagner quand elle veut faire des courses car le bruit et la lumière lui donne des vertiges, elle ne peu pas accompagner ses amies dans des fêtes ou au cinéma, comme tout les jeunes de son âge, et je ne sais même pas si elle sera un jour capable de travailler et de subvenir à ses besoins. Il serait souhaitable que beaucoup de victimes commencent à faire parler d'elles par voix de presse pour qu'enfin la population, les médecins et nos instances de santé prennent pleinement conscience du problème. » Rachel déplore qu’il n’y ait eu que cinq familles qui ont accepté de témoigner, ce qui n'est pas suffisant, car c'est seulement le nombre qui fera en sorte qu’elles soient crues et écoutées.

    « Pendant ce temps, d'autres gamines se font vacciner en ayant l'illusion que ce vaccin est magique et qu'elle n'auront pas de cancer de l’utérussans connaitre les dangers de l’aluminium, du borax et autres.

    L'information circule très mal, pour preuve quand on me pose des questions dans ma ville et que j'informe sur le borax on me regarde avec des yeux rond en me répondant : “ce n'est pas un poison, sinon Xavier Bertrand n'aurait pas autorisé le remboursement” et quand je parle des essais cliniques bâcles, on me répond la même chose. Voilà comment l'état permet au labo de continuer à s'enrichir, le peuple part du principe  que si l'État autorise un produit c'est qu'il est sans danger... alors quand on apprend à ce même peuple que le ministre a autorisé le remboursement quelque mois avant la décision de l'AMA, censé lui nous protéger, ce même peuple, ne le croit absolument pas. »

     

    Il faut savoir que le conservateur du vaccin Gardasil est le borax (borate de sodium)Or, depuis le 6 novembre 2008les sels de bore sont classés par la réglementation européenne comme toxiques. Les emballages de ce produit doivent porter le logo à tête de mort ? D’après Michel Georget, professeur de biologie :« Il paraît pour le moins imprudent d'utiliser un tel conservateur dans les vaccins contre les infections du col de l'utérus quand on sait qu'au cours des études cliniques préalables à la mise sur le marché, cinq femmes tombées enceintes 30 jours après leur vaccination ont eu des bébés anormaux. »  [avis du CTV et du CSHPF relatif à la vaccination contre les papillomavirus humains (séance du 9 mars 2007)].

     Rachel Celli continue de plus belle et nous ne pouvons qu’approuver sa colère : « Dans quelques semaines on va me demander d'aller voter, d’élire un personnage qui devra avant tout nous gouverner et nous protéger, qui sera payé par nos impôts, et qui continuera sa formidable protection comme ses prédécesseurs l'ont fait, avec tous les scandales, le sang contaminé, l'hépatite B, l'affaire Tchernobyl, le Médiator interdit depuis 10 ans en Allemagne mais sans danger pour les Français, les prothèses PIP et bientôt une affaire des prothèses de hanches... comment ne pas penser à cet expert me faisant comprendre que j'étais débile. Je suis obligée de payer mes taxes et impôts qui vont faire vivre confortablement tout ces gens qui nous gouvernent mais il n'est pas question que je le fasse sans réagir. Toutes les lois votées ne sont pas faites pour nous protéger mais uniquement pour les protéger eux. Pour preuve une loi passée cette étéinterdisant aux victimes d'un médicament de s'attaquer au labo si elle est victime d'effet indésirable marqué sur la notice. Aucune victime ne pourra plus s'élever contre le labo, et cela à été pondu après la médiatisation des affaires Médiator et Gardasil, donc bonne chance à tous. J'ai voulu surprotéger mes enfants et j'ai donc été punie, à trop vouloir, on finit par ne plus rien avoir, et c'est bien vrai. »

     Rachel Celli a noté que l’un des experts lui a dit textuellement : « Mais Madame, ce n’est pas le laboratoire qui vous a obligée à faire ce vaccin sur votre fille, c’est vous qui  avez pris cette décision. Vous n’avez qu’à  vous en prendre à vous-même. »

     

     Comment peut-on avoir le culot d’accuser une mère inquiète car elle a eu des problèmes de cancer et n’a pas voulu faire courir le même risque à sa fille, de lui dire que personne ne l’a forcée à la faire vacciner, alors qu’il est bien connu que la pression est terrible pour les parents, qu’on leur ment en affirmant que ce vaccin les protègera du cancer et qu’on les culpabilise à mort si elles refusent.

    ....Et tout cela avec la caution du ministère de la Santé et de l’ANSM (Agence Nationale de Sécurité du Médicament )!

    (Sources Articles: Sylvie Simon du 26 Mars 2012)


    1 commentaire
  •  

    Cette page comprend deux articles :

    - le premier concerne l’intolérance au gluten et aux produits laitiers (caséine, lactose)

    - le second concerne l’ensemble des intolérances alimentaires

    + VIDEOS (en bas de page)

    ————————————————————-

     

    ET SI NOUS ÉTIONS TOUS INTOLÉRANTS
    AU GLUTEN ET AUX PRODUITS LAITIERS ?

    Encore un article sur le gluten et le lait ? Pfff !

    Une énième liste de conseils nutritionnels ? Des milliers d’articles ont été écrits sur le sujet, des tonnes de bouquins, et je présume que vous connaissez suffisamment le sujet.

    C’est ce que je croyais aussi avant de rencontrer Marion Kaplan. Cette bionutritionniste intarissable (on peut l’écouter en conférence sur Internet) et prolixe (17 livres à son actif) a été la première en France à dire haut et fort les dangers que le gluten et les produits laitiers font planer sur notre santé. Plus de dix ans après, les régimes sans gluten et sans produits laitiers font presque partie des mœurs. Mais comme Marion Kaplan a toujours un temps d’avance, je suis allé à sa rencontre pour pêcher une idée de sujet. Et je n’ai pas été déçu !

    Marion Kaplan m’a décontenancé par son énergie, sa force de conviction et par ses arguments. On peut ne pas être d’accord avec elle mais, si cette spécialiste a raison, cela éclaire d’un jour nouveau notre vision de la santé et remise au rayon des vérités dépassées, quelques doctrines…

    Encore une théoricienne… pas tout à fait, parce qu’elle m’a indiqué comment vérifier sa théorie par moi-même avec un test que tout le monde peut faire et un petit protocole de soins !

    Tous malades de nos intestins

    C’est une antienne mais une vérité têtue. Notre organisme est envahi par un nombre croissant d’agents de destruction : bactéries, pesticides, OGM, eaux polluées, toxiques… En outre notre système digestif est assailli de substances protéiques (gluten, caséine…), de sucres (lactose, fructose…) et d’ingrédients douteux dont l’alimentation industrielle use et abuse. Et notre physiologie n’est pas faite pour la plupart de ces produits.

    L’invention de l’agriculture et de l’élevage est un phénomène récent dans l’histoire de l’humanité. Que pèsent 10 000 ans face à 6 ou 7 millions d’années ? Pas étonnant que notre système digestif, encore assez semblable à celui du chasseur-cueilleur, ne se soit pas encore habitué à des apports massifs de gluten, de céréales modifiées et de produits laitiers, depuis une centaine d’années seulement...

    Ainsi Marion Kaplan affirme que nous sommes presque tous céliaques, la plupart du temps sans le savoir. L’intolérance au gluten et à la caséine (la deuxième accompagnant la première) se retrouverait dans 70% de la population européenne tandis que 60% d’entre nous seraient intolérants au lactose.
    Et, cerise sur le gâteau, la fermentation intestinale serait la première cause de mortalité dans le monde occidental. Ce serait pour Marion Kaplan, « le fruit pourri d’une inflammation bactérienne qui grossit dans nos ventres à force de ne pas manger ce pour quoi nous sommes prédisposés »…

    Le microbiote est le centre de la santé

    Notre ventre abrite l’équivalent de 2 kg de bactéries (100 000 milliards), c’est notre microbiote (« flore intestinale ») et celui-ci serait donc le plus souvent déséquilibré. Là résiderait la source principale de nos maladies selon Marion Kaplan.

    L’ancienne élève de Kousmine a toujours été à l’avant-garde du savoir. Et si elle s’est toujours intéressée au gluten et au lait, ce n’est pas que pour des raisons scientifiques mais parce qu’elle a souffert une grande partie de sa vie et depuis l’enfance. Migraines, dépression, troubles bipolaires, fatigue chronique, constipation… cette cinquantenaire épanouie n’a recouvré la santé que récemment. C’est donc son expérience personnelle qui lui a fait chercher les meilleurs spécialistes et les bonnes solutions. Et toujours avec pragmatisme. Ce qu’elle affirme, elle l’a donc expérimenté et validé sur elle-même et nous invite à faire de même.

    Pourquoi attendre d’être malade ?

    L’intolérance alimentaire a longtemps été ignorée par la médecine officilelle, ce n’est plus le cas. Mais on la diagnostique rarement car la réaction de l’organisme n’est pas toujours immédiate. Alors forcément, personne ne va faire le rapprochement entre les ballonnements, colite, gaz ou la fatigue, l’insomnie, la migraine et cet aliment que vous avez ingéré avant-hier.

    Qu’il s’agisse du gluten, de la caséine, du lactose, du fructose, etc., les intolérances peuvent tout aussi bien passer inaperçues, sans aucun signe digestif apparent. Sauf qu’un jour surviendra peut-être une maladie plus lourde et qui fera le lien ?

    Je ne sais pas jusqu’à quel point elle a raison mais je remarque que nous souffrons tous plus ou moins de troubles digestifs et je ne connais personne qui n’ait un jour été ballonné et incommodé après avoir mangé du pain ou bu du lait.

    Alors pourquoi attendre d’être malade pour vérifier si l’on est ou non intolérant alimentaire ? Pourquoi ne pas vérifier tout de suite notre compatibilité physiologique, au moins avec le gluten et le lactose qui sont à l’origine des deux grandes intolérances dont souffre l’humanité ?

    Une réalité à la télé mais pas dans les cabinets

    La maladie céliaque a été découverte après la Seconde guerre mondiale, quand on a vu réapparaître – avec la réintroduction du pain et des farines  dans l’alimentation – des maladies qui avaient temporairement disparu. Elle fait, depuis, l’objet d’un déni (les vieux médecins la reconnaissaient mieux). On préfère sans doute entretenir l’ignorance : trop d’intérêts économiques sont en jeu (sans gluten, que fera-t-on de tous ces boulangers, tous ces ouvriers, tous ces agriculteurs ?).
    Il n’y a donc guère que les médias pour en parler et c’est ainsi que l’on a glosé tout l’été sur l’intérêt des régimes sans gluten après que Jo-Wilfried Tsonga a révélé lors de Roland-Garros suivre un régime sans gluten…

    Pour Marion Kaplan, la France a deux siècles de retard sur les Etats-Unis où la maladie céliaque est communément reconnue et combattue. Les accros de la série TV Dr House connaissent finalement mieux le « Leaky gut syndrom » (syndrome de perméabilité intestinale) que les médecins.

    Si vous êtes céliaque, n’attendez pas qu’on vous diagnostique, ce sera trop tard

    Si vous comptez sur la « médecine de prévention » des médecins-conseils de la Sécu, on vous dira que vous êtes céliaque une fois que vos intestins seront complètement « foutus » et votre santé avec.

    Vous ne vous en serez pas aperçu parce qu’il ne vous sera pas venu à l’esprit de faire le lien entre votre maladie de Crohn, votre recto-colite ou que sais-je encore et le gluten.

    En réalité il n’existe pas de meilleur moyen médical de confirmer cette maladie que la recherche systématique d’haplotype HLA.

    L’haplotype HLA : le moyen de vérifier que l’on est céliaque

    Le système HLA (antigènes des leucocytes humains) a été découvert et mis en place par l’immuno-hématologiste Jean Dausset, ce qui lui a valu le Prix Nobel en 1972. A l’image des sous-groupes sanguins, cette carte d’identité tissulaire, valable toute notre vie, est formée par dix sous-groupes tissulaires, appelés « locus », répartis en cinq couples (2A, 2B, 2CW, 2DR et 2DQ). On appelle cette carte « l’haplotype HLA ».

    Voilà un outil fort intéressant que ceux qui ont fait un don de moelle connaissent : c’est par cet examen biologique que l’on assure la compatibilité donneur-receveur. C’est surtout par cet examen que l’on confirme une suspicion de maladie auto-immune et également une suspicion de maladie céliaque.

    Seulement voilà, c’est compliqué. Si vous êtes bien avec votre médecin, demandez-lui de vous prescrire un« typage HLA groupe I groupe II totaux « suspicion de maladie auto-immune » ». Il faut qu’il écrive précisément ce texte car ainsi, la Sécu ne devrait pas l’embêter et en plus l’examen sera remboursé : cela ne vous coûtera que 50 euros (sur 350 euros environ).

    Mais il faudra aussi qu’il apprenne à interpréter les résultats de l’examen. Cette carte des facteurs de sensibilité immunitaire (qui peuvent donner des milliards de combinaisons) est non seulement difficile à lire (peu de médecins ont appris à le faire) mais aussi dangereuse à interpréter : certains médecins le savent pour avoir eu à subir les tracasseries de l’Ordre des médecins et des instances disciplinaires de la Sécurité Sociale à cause de cela.

    Il y a bien un laboratoire spécialisé en France qui fait des analyses mais je ne vous révèlerai même pas son nom ici, de peur de lui attirer des ennuis.

    Ainsi vous saurez immédiatement. Pas comme Marion Kaplan, qui, elle, a dû attendre près de 50 ans…

    Vous l’êtes sûrement !

    Vous ne pouvez pas demander un typage HLA ou vous ne voulez pas le faire ? Soit. Mais pour votre santé, vous pouvez faire quelque chose de simple : changez vos habitudes alimentaires. Vous en aurez le cœur net. Cela demande pas mal de volonté, de temps et… d’imagination, mais c’est faisable.

    Alors partez en vacances en Chine…

    Pour savoir si l’on supporte ou non le gluten et les produits laitiers (je rappelle que l’intolérance au gluten va de pair avec l’intolérance à la caséine), on peut toujours s’en priver sur une période test d’au moins 3 mois.
    Pour le gluten, il faut éliminer pains, pâtes, pizzas, pâtisseries… mais aussi la plupart des préparations industrielles qui en contiennent (du potage jusqu’au surimi). Idem pour le lait, les produits laitiers et les produits qui contiennent du lactose sous forme cachée (charcuterie, produits de régime, glaces…). Ce n’est pas si simple et c’est même un vrai casse-tête quand on sait que 95% des médicaments contiennent du lactose en excipient et qu’il suffit de traces pour relancer les symptômes de l’intolérance.

    Pour se donner toutes les chances de réussir ce test, Marion Kaplan suggère de faire comme si l’on partait en vacances en Chine. Là-bas il n’y a quasiment pas de produits laitiers et pas de pain, pas de gluten ou à peine, seulement pour les touristes : les Chinois mangent principalement du riz, du canard, du poisson et des légumes. Donc pendant 3 mois, mangez comme là bas.
    Marion Kaplan vous dira que vous pouvez aussi manger de la volaille bio, poissons, crustacés, fruits et légumes de saison, oléagineux, légumineuses… vous avez encore le choix.

    Dans l’huile ou le riz il n’y a pas de gluten. Si vous voulez manger des céréales, faites votre choix entre riz, quinoa, sarrasin et c’est tout. Ne vous compliquez pas la vie… de toute façon on mange trop de céréales.

    Et au petit dèj, Marion ? « Une banane, avec du citron, 1 cuillère à soupe d’huile de lin (ou de noix), des baies de Goji ou ce que l’on veut, des graines type amandes, noix d’Amazonie… en alternance ».

    Je ne développe pas plus ce sujet car on pourrait parler pendant des heures avec Marion Kaplan tant elle est persuadée qu’elle jette les bases d’une nouvelle nutrition que l’avant-garde de la médecine a baptisée « Immunonutrition ». Elle est inextinguible.

    Mais retenez une chose : ne suivez pas ces conseils en victime mais appliquez les de façon responsable.

    Nous avons tous intérêt à désinfecter nos intestins

    On a tendance à ramener les allergies alimentaires à un simple problème de digestion, de ballonnements, d’inconfort. Pour Marion Kaplan, la fermentation intestinale qui se traduit parfois par ces simples symptômes, est un véritable fléau.

    Elle rappelle que les bactéries commensales nourrissent nos cellules épithéliales, défendent notre organisme en activant notre système immunitaire et participent à l’équilibre de notre système nerveux entérique, notre « deuxième cerveau », en travaillant de concert avec les 200 millions de neurones qui câblent ce dernier.

    Il n’est pas absurde de penser qu’une alimentation inadaptée « enflamme » ce microbiote et que toutes sortes de bactéries se mettent alors à produire des toxines qui vont perturber le système immunitaire au niveau de l’intestin grêle : en rendant la paroi intestinale perméable ces toxines entraînent le passage de fragments de bactéries et d’aliments mettant sens dessus dessous notre système immunitaire. Celui-ci vit alors en état d’alerte permanent d’où des inflammations chroniques. D’où chez beaucoup de personnes des troubles digestifs quasi permanents, d’où des gingivites, des insomnies, des troubles de la mémoire… D’où, au stade le plus grave, une maladie mentale, auto-immune, du diabète ou un cancer…

    Des remèdes qui doivent déranger de gros intérêts…

    Marion travaille depuis plusieurs années avec un chercheur, le Dr Bruno Donatini, grand spécialiste des champignons médicinaux. Ces recherches ont abouti à la mise au point de plusieurs remèdes qui étaient, jusqu’ici, commercialisés par la société Mycoceutics. Mais comme ce labo est sous le coup d’une plainte pour exercice illégal de la pharmacie, il n’est plus possible de les commander. 

    Devant ce genre d’intimidation, Marion Kaplan a bien raison de parler fort. Et même si elle exagère un peu, même si on ne va pas tout soigner en éliminant gluten et lactose et en désinfectant son ventre, si ces quelques conseils permettent à l’un de vous de faire l’économie d’un parcours long et compliqué, s’ils peuvent feiner une maladie auto-immune ou briser le cercle vicieux de la fatigue chronique, alors j’aurai bien fait de lui donner la parole.

    ——————————————————————————

    INTOLÉRANCES ALIMENTAIRES, C’EST UNE VRAIE ÉPIDÉMIE

    De plus en plus de consommateurs sont obligés de se tourner vers les produits sans gluten, sans caséine, sans additifs alimentaires, sans oeufs. Preuve de l’explosion de cette demande, l’apparition de rayons entiers de produits « sans gluten » ou « sans caséine » dans certains hypermarchés et dans les boutiques bio.

    On ne compte plus le nombre de jeunes mamans qui découvrent que leur nourisson ne supporte pas le lait. On constate aussi qu’un nombre de plus en plus important de personnes âgées présentent désormais des intolérances à des aliments qu’elles supportaient parfaitement autrefois. Quelle est l’origine de cette épidémie ?

    La paroi de nos intestins est une passoire !

    Une intolérance ressemble à un empoisonnement progressif qui résulte de la fragilisation de la muqueuse intestinale(à la suite d’un traitement médical ou d’un stress par exemple). C’est ce que l’on appelle l’hyperperméabilité intestinale. La muqueuse, fragilisée, va laisser passer les moisissures, les déchets, les aliments à moitié digérés qui vont arriver dans le sang sans avoir été identifiés par le système immunitaire. Celui-ci va réagir en libérant des anticorps (IgG) et en mémorisant l’identité de l’intrus. Ainsi, dès que l’on consommera à nouveau l’aliment identifié comme un intrus  l’organisme déclenchera une réaction immunitaire, de plus en plus violente.

    Généralement cela se traduit par des problèmes digestifs (ballonnements, douleurs, nausées…) et le médecin pense parfois, dans ces cas, à un problème d’intolérance. Mais cela déborde vite le seul système digestif. Certains souffrent d’un gonflement des lèvres, d’autres, d’un rétrécissement de la gorge ou d’éruptions cutanées. Souvent, c’est plus grave : migraine, diabète, eczéma, psoriasis, insomnie, dépression sont souvent au rendez-vous

    L’alimentation moderne nous rend intolérants

    La médecine officielle ne se préoccupe que depuis quelques années des intolérances. C’est en partie grâe au travail de chercheurs indépendants et à leur opiniatreté que l’on admet aujourd’hui l’existence de quelques grandes intolérances : à la caséine, au gluten ou aux sulfites. Mais il est clair que très peu de médecins savent traiter ce problème (autrement qu’en vous disant d’arrêter de manger du pain, de boire du lait ou du vin blanc). Et il y a de nombreux autres types d’intolérances, on pourrait même dire que chacun a son intolérance personnelle, à un aliment ou à plusieurs aliments croisés.

    Les raisons mêmes du développement des intolérances alimentaires sont rarement connues du corps médical. On sait pourtant que :

    • La fréquence des traitements antibiotiques dès le plus jeune âge, parfois même avant 6 mois, empêche la mise en place d’une flore intestinale efficace et favorise la prolifération de candida albicans ; ainsi, la muqueuse n’acquiert-elle pas sa pleine capacité immunitaire.
    • La détérioration de la qualité des produits manufacturés, notamment par la présence de traces de produits toxiques et l’ajout d’un nombre considérable d’additifs, agresse quotidiennement la muqueuse digestive.
    • La détérioration de l’environnement qui expose à des toxiques volatils, les amalgames dentaires, les vaccins répétés… sont autant de prétextes à une hyperperméabilité de la muqueuse intestinale.
    • La mondialisation de l’alimentation exige de l’organisme une panoplie enzymatique qu’il ne possède pas toujours.
    Etes-vous intolérant ? Il y a des tests pour le savoir

    Difficile de le dire, car la maladie progresse lentement sans se manifester clairement au début. Mais chaque fois qu’il existe des troubles fonctionnels chroniques, surtout s’ils sont associés à des troubles digestifs, il faut penser à une possible intolérance.

    Il y a plusieurs tests qui permettent de découvrir une éventuelle intolérance. Il serait trop long de les exposer en détail ici et je vous renvoie aux liens suivants qui vous permettront de faire votre choix :

    - La technique Imupro 300 consiste en un prélèvement sanguin dont d’infimes quantités vont être mises en présence de 266 aliments ou additifs. Seuls les aliments courants sont pris en compte. Le prix est élevé : 490 €

    - Le Cytotest de l’association Stelior teste 51 aliments et 21 additifs. C’est une forme réduite du test précédent. Son prix : 150 € auxquels il faut ajouter la cotisation à l’association (50 €).

    - La méthode Immogenics est basée sur le dosage du taux sanguin en IGF1 (insulin-like growth factor 1) vis-à-vis de 115 aliments à partir d’un prélèvement de 20 ml. Cela coûte assez cher : 500 €

    - La kinésiologie la biorésonance et la morathérapie partent du principe que « tout est inscrit dans le corps », le thérapeute fait donc réagir le corps à la seule évocation du nom des aliments. Seul inconvénient : le thérapeute doit être formé aux nombreux pièges que pose le testing musculaire. Pour trouver un thérapeute, rendez-vous sur le site annuaire-therapeutes.com

    Faire son propre diagnostic, mon cher Watson

    Il est possible de déterminer par soi-même les aliments auxquels on est intolérant, mais cela demande une certaine discipline comme au cours de toute enquête policière.

    • Le premier point à observer est où, quand et à quelle fréquence surviennent les troubles post-prandiaux ?

    A la maison, au restaurant d’entreprise, chez des amis ? Au petit-déjeuner, à midi ou le soir ? Si vous avez plusieurs réponses, ne conservez que celle qui est reliée aux troubles les plus pénibles pour vous. Par exemple, tous les matins au petit-déjeuner.

    • Dans un second temps, décrivez de façon la plus précise possible, ce qui vous fait souffrir.

    Par exemple : « J’ai peine à terminer mes tartines, je suis prise d’une extrême lassitude, je ne me sens pas bien dans mon corps sans que je puisse bien dire ce qui ne va pas, je me sens lourde. Si je ne vais pas me laver de suite, je vais me recoucher et je me rendors, cela m’invalide beaucoup dans mon travail ! »

    • Troisième étape : Que mangez-vous et que buvez-vous habituellement ?

    Ex : « Deux tartines d’un pain semi complet que je recouvre d’une margarine diététique. Quelquefois de confiture d’oranges amères, mais c’est rare. Je bois un demi bol de thé noir parfumé à la bergamote ou de tisane, agrumes le plus souvent. »

    • Quatrième temps :« De ces aliments, lequel ou lesquels sont les plus connus pour être responsables d’intolérance alimentaire ? » 

    Dans notre exemple, le pain qui contient du gluten. Dans ce cas, il faut prendre limiter le prochain petit déjeuner aux deux tartines habituelles et ne boire que de l’eau en accompagnement. Si les symptômes apparaissent comme tous les jours, l’étau se resserre !

    • Cinquième temps, vérification par le contraire.

    Dans l’exemple choisi, le malade doit acheter pour le lendemain matin, soit un pain sans gluten, soit un pain de châtaigne. Et de ne boire que de l’eau comme la veille. Là, enfin tout se passe bien. L’intolérance au pain et probablement au gluten est quasiment certaine.

    • Sixième temps, adoption d’un régime d’exclusion de l’aliment à tous les repas.

    La confirmation est alors apportée. Dans notre exemple, quand le patient mange chez lui, il ne présente plus aucune gêne, il est efficace dans son travail dès la fin du petit-déjeuner ; par contre, quand il lui arrive de manger une quiche ou pizza quand il est invité, les troubles réapparaissent immédiatement.

    Nous venons de relater une enquête facile. Le plus souvent, la solution est bien moins évidente, malheureusement.

    Se soigner naturellement : le protocole universel

    Quelle que soit l’intolérance alimentaire, éliminer l’aliment pathogène de son alimentation est parfois insuffisant. Pour accélérer la rémission, certains compléments alimentaires peuvent être nécessaires. Voici notre protocole :

    Six mois d’éviction… c’est long mais nécessaire

    La prise de compléments alimentaires ne dispense pas d’un régime d’éviction stricte des aliments incriminés. Cette éviction devra durer pendant un minimum de trois à six mois, voire plus si l’intolérance diagnostiquée est sévère ou s’il s’agit d’une intolérance au gluten ou aux sulfites.

    Exclure les aliments étrangers… finis les fruits exotiques

    De nombreux thérapeutes recommandent l’exclusion des aliments originaires d’autres climats : pamplemousse, noix de cajou, noix du Brésil, kiwi, fruits tropicaux… Même s’ils ne paraissent pas être les responsables directs de l’intolérance.

    Traiter l’hyperperméabilité intestinale… le plus urgent

    La prise en compte de l’hyperperméabilité intestinale est essentielle. Tant que la muqueuse est en état inflammatoire, il n’y a aucune chance que l’intolérance cesse. 

    On peut pratiquer le régime hypotoxique du Dr Seignalet (pas de produits laitiers, pas de céréales modernes, pas de sucre raffiné, pas de produits cuits à plus de 110°, pas d’acides gras saturés). Le régime Seignalet pourra alors être progressivement élargi afin d’éviter l’installation d’un stress chronique psychologique, facteur de rechute.

    Le régime Seignalet est malheureusement difficile à suivre et nécessite de nombreuses privations. Ainsi, les malades le pratiquent avec plus ou moins de sérieux. C’est pourquoi, il est essentiel de compléter ce régime en prenant des probiotiques et du Boswellia serrata. Cela accélèrera grandement la restauration de l’intégrité de la muqueuse intestinale.

    Les probiotiques associés aux prébiotiques vont réensemencer l’intestion avec de bonnes bactéries qui vont lutter contre les bactéries nocives (candida albicans).

    Boswellia Serrata est le nom scientifique d’un arbre de taille moyenne qui pousse dans des régions arides vallonnées de l’Inde. Son principal usage est celui d’agent anti-inflammatoire. L’extrait de Boswellia contient des huiles essentielles, de la gomme et des terpénoïdes.Parmi ces derniers, l’acide boswellique dont on a montré qu’il a des propriétés anti-inflammatoires, proches de celles des AINS utilisés dans le traitement des maladies inflammatoires.

    Avec l’association probiotiques + Boswellia, l’amélioration significative de la symptomatologie digestive sera obtenue en moins de deux mois. 

    Se désintoxiquer… pour traiter le fond

    Le traitement d’une éventuelle intoxication, notamment aux métaux lourds, est souvent nécessaire. Plusieurs algues et plantes existent et donnent de bons résultats (Laminaria japonica, chlorella, ail des ours, coriandre). Il y a également des compléments alimentaires très efficaces (voir l’article de principes-de-sante.com)

    Lutter contre le candida albicans… un hôte indésirable

    Lutter contre le candida albicans passe par :

    • Un régime sans sucres, y compris miel, fruits, carottes cuites et pommes de terre.
    • L’éviction de toute autre source de champignons (pain au levain ou à la levure).
    • Certains auteurs rajoutent l’exclusion des produits laitiers ou des céréales…

    Il existe aussi des traitements naturels contre le candida albicans qui ont pour nom : Candi Clean, Chlorophyllum, Mycotival.

    Lutter contre les radicaux libres… tant qu’il y a des symptômes

    La lutte antiradicalaire par la prise de complexes antioxydants doit se prolonger tant que les symptômes persistent.

    Lutter contre le stress… sinon l’inflammation persiste

    Le stress chronique diminue les réserves en magnésium et ainsi abaisse le seuil de tolérance à la douleur physique et à la souffrance morale, ce qui favorise la reprise du processus inflammatoire. Un cure de malate de magnésium permet souvent de remédier à ce problème.

    Un mauvais cap à passer… la troisième semaine !

    Le traitement, associé au régime alimentaire expose, au cours de la 3e semaine, au moment de l’élimination en masse des levures par sous-alimentation, à un passage particulièrement pénible, dû à la libération des constituants intracellulaires des levures, notamment protéiques, qui se comportent, dès lors, en antigènes à l’origine de réactions immunitaires. Les signes sont variés : baisse du tonus physique, parfois tendance à la dépression, perte de l’appétit, écœurement facile, teint terne, peau sèche, cheveux atones…

    Il est tout à fait possible de réduire, si ce n’est de prévenir cette réaction :

    - En relançant la production d’énergie d’une part (Coenzyme Q10 à raison de 200 mg par jour)

    - En prévenant les réactions inflammatoires induites par la décharge antigénique (Quercétine à raison de 600 mg par jour).

    - En luttant contre les radicaux libres par la prise de complexes anti-oxydants : gluthation réduit ou autre

    Ainsi, si vous souffrez d’intolérances, n’écoutez pas ceux qui vous disent qu’il n’y a pas grand chose à faire et que vous aurez à supporter pendant toute votre vie les conséquences de votre intolérances. Si vous êtes dans ce cas, j’espère que cette Newsletter vous aura permis de reprendre confiance.

    Pour aller plus loin dans la connaissance de cette affection, je vous recommande de lire le récent ouvrage du Dr Jean-Pierre Willem « Intolérances alimentaires, je ne veux plus être malade ». CE livre vous propose d’engager le processus de guérison, par la compréhension, d’abord, mais aussi avec des conseils thérapeutiques complets. Un message d’espoir pour tous les malades qui pensaient qu’il n’en avaient aucun.

    Dominique Vialard

     

    See more at:http://www.alternativesante.fr/intolerances-alimentairescest-une-vraie-epidemie/ 

     

     

     

     


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique