• SOUTIEN DES EMONCTOIRES

    Magnifiques émonctoires

    Ce n’est pas l’âge qui enlaidit l’épiderme ou qui fait prendre du poids, ce n’est pas l’âge qui blanchit les cheveux et qui est responsable de la plupart de nos maladies…  Ce sont d’abord les toxines stockées dans l’organisme !
     

    SOUTIEN DE NOS EMONCTOIRES

    Face à l’envahissement des toxines de toutes sortes, le corps se défend en activant les organes d’élimination que sont la peau, les poumons, le foie, les reins et les intestins, nos cinq émonctoires. Mais quand ceux-ci sont débordés, quand leur travail ne suffit plus à évacuer les déchets que nous laissons s’accumuler par négligence ou par ignorance, nos organes s’encrassent et deviennent vulnérables aux agressions extérieures.

    Le retour à la santé – ou sa préservation – passe obligatoirement par la correction du terrain (« Le microbe n’est rien, le terrain est tout » aurait dit Pasteur dans les derniers jours de sa vie), c’est-à-dire par l’élimination des surcharges toxiques.

    Hippocrate affirmait déjà il y a bien longtemps que « toutes les maladies se guérissent au moyen de quelques évacuations, ou par la bouche, ou par l’anus, ou par la vessie ou par quelque autre émonctoire ».

    Notre santé dépend essentiellement des capacités d’épuration de nos émonctoires.

    La peau

    Constamment irriguée par un quart de la quantité totale du sang, la peau est un émonctoire qui complète le rôle des reins et des poumons en évacuant l’urée, l’acide urique, le gaz carbonique et certains sels minéraux, dont le chlorure de sodium.

    L’hypoderme, le couche la plus profonde de la peau, peut s’engorger de toxines quand les autres émonctoires sont saturés et lui confient le stockage des toxines et des graisses en excédent (C’est, par exemple, le cas de la cellulite).

    Les poumons

    Le rôle premier des  voies respiratoires est l’évacuation des déchets gazeux (principalement le gaz carbonique). Mais elles peuvent également être utilisées pour rejeter d’autres substances que sont les particules solides issues de diverses pollutions atmosphériques.

    Ne progressant que difficilement à travers les ramifications pulmonaires, ces toxines encombrantes doivent être expulsées par la toux et les crachats et font le lit des maladies respiratoires.

    La pollution atmosphérique, la fumée du tabac, le manque d’exercice, les aliments dénaturés et les blocages émotionnels qui diminuent l’amplitude respiratoire sont les cinq principaux responsables de l’intoxication du système pulmonaire.

    Le foie

    Ce volumineux organe assure plusieurs fonctions vitales pour l’organisme, dont la transformation de nombreux déchets par un système enzymatique. Ensuite, l’évacuation de cetaines substances toxiques se fait grâce à la bile. Un foie défaillant neutralise moins bien les toxines qui passent alors directement dans le sang.

    Les reins

    Ils assurent le filtrage du sang ainsi que l’évacuation par la voie urinaire des déchets traités.

    Des douleurs musculaires, des articulations gonflées et certains oedèmes sont des troubles pouvant faire suspecter une insuffisance rénale due à un défaut d’épuration par les reins. Le déficit hydrique ((L’eau stimule les fonctions rénales), l’abus de sel (qui fixe l’eau), l’alimentation pléthorique et les additifs chimiques contenus dans les aliments peuvent majorer les troubles.

    Les intestins

    « La plupart des maladies ont leur siège dans les intestins… Une hygiène alimentaire et générale incorrecte (physiquement et psychologiquement) entraîne la dégradation de la santé intestinale, d’où résulte la dégradation de la santé générale » (Dr André Passebecq)

    Les intestins sont deux : L’intestin grêle et le gros intestin.

    L’intestin grêle est chargé de dissocier le bol alimentaire en minuscules particules assimilables qui traverseront ensuite ses parois pour aller nourrir les cellules. Le gros intestin (ou côlon) a pour principale fonction l’évacuation de tout ce qui n’a été ni digéré, ni absorbé : Molécules alimentaires mal dégradées, fibres, eau et résidus toxiques divers.

    Des parois intestinales saines empêchent habituellement le débordement des toxines dans le sang, à condition que les matières fécales ne séjournent pas trop longtemps dans le côlon, comme c’est malheureusement le cas chez les personnes souffrant de constipation.

    La constipation : Le pire ennemi de notre santé !

    La constipation est trop souvent considérée comme un trouble bénin dont l’inconfort serait pratiquement la seule conséquence et l’on se soucie peu, malheureusement, de ces innombrables toxines qui stagnent dans le côlon en attendant une éventuelle évacuation.

    Voici ce qu’en pense le Dr Hanish, éminent spécialiste de l’hygiène intestinale : « Il n’est point d’organe, de partie de l’économie humaine, qui soient à l’abri des méfaits de la constipation. Les maux engendrés par les stagnations intestinales sont variés à l’infini ; ils se manifestent différemment selon le tempérament individuel, la résistance organique, les nature des erreurs commises, etc. »

    C’est aussi l’avis de Louis Kuhne qui pense que toutes les maladies humaines, sans exception, trouvent leur origine dans les intestins ; la méthode thérapeutique mise au point par Louis Kuhne ne s’intéresse d’ailleurs qu’à cette partie du corps humain (traiter la cause et non la conséquence).

    « Qui sait tenir son corps propre intérieurement et non pas seulement extérieurement est assuré contre toute infection » (Louis Kuhne)

    Se soigner, c’est bien… Ne pas tomber malade, c’est mieux !

     

    voici un tableau mettant en correspondance les différents types de déchets avec les émonctoires permettant leur élimination (tiré du Manuel de détoxication" de Christopher Vasey).

    Type de déchet Cristaux Colles
    Origine

    Mauvaise dégradation des:
    - protéines
    - sucre blanc
    - aliments acidifiants

    Mauvaise dégradation des:
    - amidons
    - graisses

    Solubilité dans l'eau Soluble dans l'eau Insoluble dans l'eau
    Maladies - Rhumatismes
    - Névrite
    - Eczémas secs

    - Bronchite
    - Sinusite
    - Acné
    - Eczéma coulant
    - Perte blanche
    Emonctoires principaux

    - Reins
    - Vessie
    - Glandes sudoripares

    - Foie
    - Vésicule biliaire
    - Intestins
    - Glandes sébacées
    Type de thérapie

    Thérapie liquide
    -
     Suppression de la source alimentaire des cristaux
    - Plantes diurétiques
    - Plantes sudorifiques
    - Sudation

    Thérapie sèche
    -
     Suppression de la source alimentaire des colles
    - Plantes hépato-biliaires
    - Plantes laxatives
    - Plantes pulmonaires

    Recherchez le conseil médical ou le remède dont vous avez besoin !

     

     

    Ouvrir les émonctoires ou le drainage toxinique

    L'ouverture des émonctoires est destinée à éliminer les toxines vers l'extérieur de l'organisme par des méthodes de drainage, mais aussi à les dériver vers un autre organe émonctoriel en cas de "crise curative" trop intense !

    Ce drainage émonctoire s'effectue au moyen des fameuses cures naturopathies dont les techniques doivent êtres appropriés en fonction de la nature des toxines, du niveau d'encrassement humoral, de la vitalité et du patient et de l'état fonctionnel de ses émonctoires.

    Outre leur fonction de désintoxication de l'encrassement humoral, les émonctoires permettent d'apprécier le niveau réactionnel de l'organisme et sa capacité d'auto-récupération.

    Retenons les deux grandes règles du drainage émonctoriel :
    - Plus l'encrassement humoral est intense, plus les cures de drainage seront courtes et répétées.
    - Plus un drainage est intensif et profond, plus ce drainage sera efficace et durable.

    Tout l'art du praticien-naturopathe repose sur l'appréciation de la capacité émonctorielle en fonction de la vitalité du sujet, afin de mettre en oeuvre le mieux possible les mécanismes d'auto-guérison.


    Les émonctoires

    Qui sont les émonctoires et comment les solliciter ?
    Ce sont quatre organes spécifiques dont le rôle est de favoriser des échanges entre le milieu intérieur et le milieu extérieur. Les propriétés métaboliques : absorption et surtout excrétion,( c’est-à-dire l'élimination des déchets de l'organisme) sont caractéristiques des quatre émonctoires : peau, poumon, rein, intestin (plus l'émonctoire génital chez la femme).

    La peau-émonctoire :
    C'est une triple membrane particulière qui sépare le corps du milieu extérieur. La peau possède de nombreuses propriétés : défense de l'organisme, régulation de la température intérieure par sa riche vascularisation, information sensorielle par sa remarquable innervation ; aussi, la peau possède une triple fonction par ses glandes sébacées (analogue à la fonction intestinale), ses glandes sudoripares (analogue à la fonction rénale) et sa couche basale (véritable glande endocrine).
    De ce fait, en Naturopathie, la peau peut être considérée comme l'émonctoire polyvalent et il est captivant d'étudier à ce propos les remarquables travaux du Dr Salmanoff ainsi que les vieux traités de médecine familiale pour comprendre l'importance de la peau avec ses 2 m de surface développée (voir plus loin).

    Le poumon-émonctoire :
    Est en réalité un appareil complexe qui comprend les fosses nasales, le pharynx, le larynx, la trachée, les bronches et deux poumons, ces derniers étant situés sur le diaphragme et dans la cage thoracique dont ils sont séparés par une membrane séreuse : la plèvre. 
    La fonction pulmonaire est vitale et s'appelle la respiration, laquelle permet des phénomènes d'échanges gazeux (oxygène, gaz carbonique, azote) avec le sang grâce à une ventilation appropriée. L'appareil pulmonaire est considéré en Naturopathie comme étant l'émonctoire spécifique des "colles" ( muquo-sécrétions avec facilité à engendrer du pus).

    Le rein-émonctoire :
    Est constitué par un appareil très élaboré auquel se rattache la fonction génitale (on parle généralement d'appareil uro-génital). Les reins sont des organes sécrétoires en forme de haricot, de 12 cm sur 6 cm et pesant 150 gr environ. Les deux reins sont situés de part et d'autre de la colonne vertébrale sous les dernières côtes. Chaque rein est coiffé d'une glande endocrine importante appelée glande surrénale.

    La fonction rénale est chargée d'éliminer rapidement dans l'urine les déchets et les substances toxiques déversées dans le sang par les organes et tissus au terme de leur travail.
    De structure compliquée, le rein comprend un parenchyme rénal formé de centaines de milliers de tubes microscopiques appelés "néphrons" dont la longueur développée avoisine les 2 kms ! Ces tubes urinifères se déversent dans la "cavité rénale " formée des "calices" qui collectent l'urine dans le "bassinet", lequel se prolonge par l’”uretère " qui va se jeter dans la vessie.

    L'urine est composée à 95 % d'eau (issue des 15 litres de sang filtrés quotidiennement pour engendrer 1,5 litre d'urine) et de 5 % de substances toxiques : électrolytes (chlore, sodium, potassium, bicarbonate...) pigments hépato-biliaires (urobiline ...), des dérivés du métabolisme des protides : urée, ammoniaque et des poisons accidentels tels que les médicaments, conservateurs alimentaires...! Dans certaines maladies, on peut observer des substances anormales dans les urines telles que sucre (diabète), protéines : albumine, sang, etc...!

    En Naturopathie, la fonction urinaire est considérée comme spécialisée dans l'élimination des "cristaux".

    L’intestin-émonctoire :
    Répond en réalité à l'appareil digestif qui est une longue tuyauterie motrice et sécrétoire allant de la bouche à l'anus. Outre sa fonction métabolique (dégradation des aliments pour les rendre assimilables par l'organisme), laquelle est dénommée "nutrition” , le tube digestif possède une importante fonction émonctorielle avec la salive, le foie, les voies biliaires et l'intestin proprement dit . 
    La constitution des tissus qui composent les villosités de l'intestin (tapis muqueux interne), permet d'observer l'importance des vaisseaux chylifères à cet endroit. Ces vaisseaux convergent vers la "citerne de Pecquet” , suivie du "canal thoracique", lequel est destiné à brasser un élément porteur de tous les déchets cellulaires et tissulaires de l'organisme : la lymphe.

    Cette lymphe circulante, que l'on appelle vulgairement “sang blanc" (et que l'on peut observer en perçant la cloque d'une brûlure ou d'une ampoule !), représente environ le 1/3 du poids du corps, ce qui est considérable... Lymphe et sang sont entièrement épurés par le foie et l'intestin , d'où la véritable primauté de l'intestin en matière de drainage émonctoriel. 

    De plus, il est connu que tous les mécanismes immunologiques se développent au niveau de cette lymphe intestinale, ce qui explique l'origine de très nombreuses maladies constitutionnelles (eczéma, asthme, allergies, rhumatismes dégénératifs...) ou acquises. Il faut enfin savoir que le collecteur toxinique, c’est-à-dire le côlon (gros intestin de 1m 60 de longueur) est l'objet de fermentations et de putréfactions qui sont à l'origine de très nombreuses maladies, d'où l'intérêt majeur de surveiller le bon fonctionnement colique, et de le dépurer régulièrement.

    La muqueuse génitale (chez la femme) :
    Souvent ignorée, mais d'une importance certaine chez la femme, la muqueuse de l'utérus (endomètre) qui se charge tous les mois du sang vicié pour s'épurer par les menstruations (ou règles), et la muqueuse vaginale riche en flore particulière (bacilles de Döderlein) qui est à l'origine de nombreuses sécrétions dont les leucorrhées (pertes blanches). 
    Ces muqueuses particulières sont considérées en Naturopathie comme des soupapes destinées à compenser les insuffisances de l'émonctoire intestinal (diverses formes de constipation) si fréquentes chez la femme en général.

    « LES ALIMENTEURS BROSSAGE DE LA PEAU »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :